Quelle véranda choisir ?

17-04-18 - Je vais construire

La lumière, la flexibilité et le faible coût : voilà les arguments chocs d’une véranda. Extension chaleureuse et bon marché par excellence, elle a su séduire de nombreux ménages depuis une trentaine d’années. Mais attention à bien choisir votre modèle, pour éviter de transformer votre maison en congélateur en hiver et en sauna en été !

Comme toujours, méfiez-vous des trop bonnes affaires. Construite hâtivement, avec un matériau bon marché et annexée de manière empirique à une maison, une véranda peut causer de nombreux torts, notamment d’un point de vue thermique.

L’exposition

Une véranda exposée plein sud transforme rapidement une maison en four intenable durant la belle saison. Des températures grimpant à plus de 40 degrés sont alors la règle lors des beaux jours ! A contrario, le soleil d’hiver réchauffera rapidement votre maison, sans qu’un apport en énergie (chauffage) ne soit nécessaire. Vous l’aurez compris, à l’inverse, une véranda exposée nord aura pour principal inconvénient de transformer la maison en igloo l’hiver !

Quel toit ?

En fonction de l’exposition, considérez donc attentivement l’isolation nécessaire, notamment au niveau du toit. A ce titre, le matériau le plus courant est le polycarbonate traité. Filtrant une majeure partie des rayons du soleil, il laisse malgré tout la lumière inonder votre pièce. Choix facile, léger et bon marché, il n’en reste pas moins peu isolant (par rapport à une toiture classique) et doit être combiné à des rideaux intérieurs ou à une toile extérieure pour rendre les étés supportables. A ce sujet, sachez qu’une toile déroulante extérieure de qualité peut vite être facturée plus de 6.000 € !

Quantité d’autres solutions existent, comme le double vitrage (voire triple ou même, quadruple) avec ou sans film autocollant opaque et le toit en dur (tuiles). Cette dernière solution est la plus isolante, mais elle obscurcit forcément la pièce. Sachez aussi qu’elle réclamera une structure plus importante pour supporter sa masse plus conséquente.

Véranda en bois

C’est probablement le choix le plus esthétique : une véranda en bois noble apporte un cachet indubitable à toute habitation, quel que soit son style. En revanche, il ne s’agit pas du choix le moins onéreux : un bois de qualité fait rapidement grimper la facture ! Question isolation, le bois obtient d’excellentes notes. Mais le plus gros défaut de ce type de véranda, c’est l’entretien ! Si vous désirez que votre véranda ne se détériore pas avec le temps, il conviendra de l’entretenir avec zèle, la couvrant de couches de lasure ou de peinture tous les 2 ou 3 ans. A cette condition, elle saura se montrer endurante.

Véranda en PVC

Le PVC offre des caractéristiques quasiment opposées au bois ! Si son style peut paraître discutable, que ses qualités d’isolation sont très moyennes et qu’il ne vieillit pas toujours bien avec le temps, le PVC demande a contrario, un entretien extrêmement simplifié où il est seulement question d’eau et de produit de nettoyage ! Il n’en reste pas moins que le principal avantage du PVC, c’est son faible coût !

Véranda en aluminium

Des vérandas en aluminium, on en trouve à tous les prix ! Si les modèles d’entrée de gamme peuvent paraître assez abordables, un modèle de qualité et bien isolé coûte rapidement une fortune. Tâchez donc de ne pas faire de mauvais calcul ! Léger et endurant, l’aluminium est un matériau très prisé (également dans le domaine des voitures de luxe), même si ses qualités naturelles d’isolation sont médiocres. Enfin, sachez que son entretien est limité car, contrairement à l’acier, l’aluminium ne rouille pas.

Besoin de plus d’infos ? Complétez le formulaire ci-dessous et on vous contactera !

* Champs obligatoires