L’avantage et l’inconvénient de la location de courte durée

08-08-17

Si vous donnez en location une maison ou un appartement dans le cadre de la loi sur les baux locatifs, vous devez pas nécessairement le louer pour neuf ans. Vous pouvez aussi le faire pour une courte durée. Pourquoi l’envisager?

 

En cas de location au titre de la loi sur les baux locatifs, vous pouvez aussi conclure un contrat à court terme pour une durée de maximum trois ans. Dans quel but ?

L’avantage

En concluant d’abord un contrat de bail de courte durée avec un locataire, vous pouvez instaurer une espèce de période d’essai. De cette manière, vous pouvez vous assurer que votre locataire ‘convient’ (qu’il entretient par ex. le logement, qu’il paie le loyer à temps, etc.) et vous ne vous retrouvez pas immédiatement engagé pour neuf ans. Si votre expérience avec le locataire est positive, alors vous pouvez poursuivre le bail avec lui. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez mettre fin au bail et signer avec quelqu’un d’autre.

L’inconvénient

Si vous louez pour une courte durée, vous risquez toutefois de voir décrocher de bons candidats locataires. En règle générale, un locataire qui part à la recherche d’un logement veut en effet surtout de la stabilité. Un locataire sera donc souvent dissuadé si vous voulez uniquement lui louer un bien pour une courte durée. Vous pouvez bien sûr tenter de lui expliquer que vous êtes effectivement à la recherche d’un locataire pour un plus long terme, mais que vous voulez d’abord voir comment cela marche.

Le loyer ne peut pas être le motif

Il n’y a aucun sens de louer à court terme pour pouvoir réclamer plus tard un loyer plus élevé. Même si vous finissez par signer avec un autre locataire au terme d’un contrat, vous ne pouvez pas augmenter le loyer comme vous l’entendez. Pendant neuf années succesives, le nouveau loyer ne peut en effet pas dépasser le loyer que le locataire précédent payait, plus l’indexation. Ceci ne s’applique pas si la valeur locative normale d’un bien a entretemps augmenté d’au moins vingt pour cent en raison de nouvelles circonstances ou d’au moins dix pour cent en raison de travaux dans le bien loué.

par Jan Roodhooft, avocat (www.ra-advocaten.be)


 
Ce site utilise des cookies. Les cookies nous permettent de vous apporter des contenus et services adaptés à votre navigation, d’optimiser votre expérience du site grâce aux statistiques d’audience et de personnaliser les annonces sur base de votre comportement. Refuser les cookies vous ferait perdre ces avantages. Vous pouvez à tout moment modifier les réglages d’acceptation. Pour en savoir plus cliquez ici.