Travailler depuis sa seconde résidence à l’étranger, le bon plan ?

20-05-21

Vous avez une jolie maison en Provence ou un chouette appartement en Espagne. Cette résidence secondaire vous manque et l’appel du télétravail sous le soleil et les palmiers est trop tentant ? On voit avec vous ce qui est envisageable…

A fortiori, l’idée paraît non seulement séduisante, mais aussi parfaitement réalisable. En effet, si vous disposez d’une bonne connexion internet et de tout le matériel nécessaire, qu’est-ce qui peut bien vous en empêcher ? Rien d’un point de vue légal en tout cas. Votre employeur ne devrait pas non plus s’y opposer, surtout si vous pouvez arguer d’un matériel performant… Nos confrères du journal Le Soir ont creusé l’idée un peu plus loin et les obstacles semblent toutefois nombreux.

Quid des impôts ?

Tout d’abord, il faut évidemment avertir la direction : en effet, en cas d’accident durant vos heures de travail, celui-ci sera considéré comme un accident de travail, où que vous soyez dans le monde ! Ensuite, il y a la question de la fiscalité et des lois sociales. En effet, vous payez des impôts et des cotisations sociales dans le pays où vous travaillez. Dès lors, il vous faudra savoir quels sont les accords qu’a la Belgique avec le pays tiers et surtout, régler la paperasse administrative. Tout dépend aussi de la durée de votre télétravail à l’étranger.

Serez-vous « détaché » ?

Si vous avez choisi un pays européen, vous pouvez considérer que votre télétravail à l’étranger entre dans le cadre du « detachement ». Toutefois, comme l’indique Jean-Luc Vannieuwenhuyse, conseiller juridique chez SD Worx au journal Le Soir : « il y a des règles au niveau européen pour vous détacher. Il faut préalablement remplir un formulaire auprès de l’ONSS, qui permet de continuer à payer les cotisations sociales en Belgique et de rester soumis à la sécurité sociale belge. L’employeur doit demander ce document, même si c’est pour télétravailler deux semaines en Provence » ! De plus, il vous faudra probablement faire une déclaration avant de travailler dans ledit pays, sous peine d’amende salée !

Ou hors Europe ?

Là, ça se corse. Outre le visa et le permis de travail, il faudra savoir si la Belgique a conclu un accord avec ce pays. Dans presque tous les cas, le télétravail à l’étranger est envisageable, mais il est parfois soumis à quelques conditions, comme une durée maximale de 6 mois, par exemple…