Les guêpes sont de retour : les 3 conseils d’un pompier !

27-05-20 - partner: Sudpresse

Le soleil est de retour et les températures grimpent : la guerre contre les parasites volants est à nouveau déclarée lors des déjeuners en terrasse ! Interviewé par Sudpresse, un pompier nous donne quelques conseils.

David Legros est coordinateur du Poste de secours de Hamoir et il vient de lancer une activité complémentaire, DL Guêpes. Il explique que cette année, de nombreuses personnes l’appellent plus tôt que d’habitude et « ne savent pas différencier un nid de guêpes et un essaim d’abeilles ». Voici ces conseils :

1.    Est-ce une guêpe ou une abeille ?

Si vous observez un nombre croissant et progressif, il peut s’agir de guêpes. Les abeilles, elles, volent par essaims et se déplacent rapidement d’un endroit à l’autre. De plus, « on peut les distinguer simplement par leur couleur. Les guêpes ont des lignes jaunes et noires et les abeilles sont brunes. »

2.    Est-ce un frelon ?

Attention aux frelons, bien plus agressifs et nocifs que les guêpes. « Ils aiment les greniers et les troncs morts. Ils grignotent le bois et font un nid qui ressemble à du papier mâché ».

3.    Comparer les prix et les délais

Il faut généralement tabler sur une centaine d’euros si vous appelez les pompiers. C’est en Flandre que l’intervention est la moins chère et à Bruxelles que les prix grimpent le plus. Si vous appelez un profesionnel privé, il vous réclamera généralement entre 50 et 70 euros. Bon à savoir, ces derniers interviennent généralement plus vite que les pompiers, qui demandent un délai pouvant aller jusqu’à 5 jours. Sinon, il reste la possibilité de le faire vous-même en louant un kit auprès d’une caserne, ce qui vous coûtera environ 25 euros.

Lire plus