5 conseils pour réussir votre isolation acoustique

24/06/2021

Lorsqu’on évoque la question de l’isolation on pense directement à l’isolation thermique. L’isolation acoustique est pourtant elle aussi importante car, si réalisée dans les règles de l’art, elle sera le gage d’un plus grand confort.

Vous habitez un immeuble qui compte de nombreux communs comme des couloirs, des escaliers ou encore des halls d’entrée ? Tous ces éléments sont source de nuisances sonores et de bruits en tout genre. Le tout peut même être amplifié avec la présence de conduits d’air et de gaines de ventilation. Et on ne vous parle même pas des ascenseurs !

Pour contourner ces écueils, vous pouvez installer des portes intérieures insonorisantes et un papier peint pourvu d’une isolation acoustique. Vous pouvez également envisager avec la copropriété l’installation d’un sas entre le couloir commun et les portes d’entrée individuelles par exemple.

Murs mitoyens

Dans la même veine, les murs mitoyens placés entre deux appartements voire entre deux maisons peuvent aussi être la source de différentes nuisances, la qualité de construction n’étant pas toujours optimale. Ici aussi, une isolation sonore flexible peut être placée entre les murs mitoyens, du moins si c’est techniquement envisageable. Lors d’une construction ou d’une rénovation, vous pouvez aussi privilégier une technique sans ancrage, les crochets de mur ayant tendance à favoriser les vibrations sonores.

Ossature bois

Dans le cas d’une construction pourvue d’une ossature en bois, et qui compte plusieurs étages, prévoyez une isolation acoustique entre les étages, que vous placerez entre le revêtement de sol et le plafond de la pièce du bas. La technique privilégiée en ce moment est l’installation d’un panneau de fibres en bois résineux sous un parquet flottant.

Toiture

En matière d’isolation acoustique, il ne faut pas oublier la toiture ! Légère et souvent aérée, celle-ci a tendance a laissé passer pas mal de bruits ambiants, et c’est d’autant plus le cas avec les toits en pente. Le vide laissé entre la couverture du toit et la sous-pente ainsi que les panneaux de finition à l’intérieur du toit ont tendance à jouer les caisses de résonance et à amplifier le bruit.

Dans ce cas, il convient de constituer une espèce de ressort, selon le principe de masse-ressort-masse, à l’aide de matériaux souples et flexibles. On fixera alors cette nouvelle finition intérieure à la structure du toit ce qui va lui permettre d’absorber le bruit ainsi que les vibrations en tout genre.

Vitrage

Enfin, ne négligez pas le vitrage de votre habitation. Des vitres à isolation acoustique améliorent grandement le confort sonore dans les rues bruyantes. On ne peut que vous recommander d’opter pour un double vitrage de dernière génération, celui-ci contenant un gaz spécial placé entre les deux couches de verre. Le verre lui-même est parfois aussi pourvu d’un film insonorisant.