Vous avez moins de 30 ans ? Voici comment financer votre premier logement.

24-03-21

Acheter une maison est un engagement financier important pour les jeunes au début de leur vie professionnelle. L’année 2020 n’a pas facilité les choses : perte de revenus, changements des conditions d’octroi du prêt hypothécaire, augmentation des prix des habitations… Les jeunes doivent s’adapter s’ils veulent encore pouvoir devenir propriétaires. Voici tous nos conseils pour acheter et financer votre premier logement.

Pexels

Connaître les prix de l’immobilier

Les prix de l’immobilier évoluent chaque année, et 2020 n’a pas échappé à la règle. L’année dernière, le coût moyen d’une maison a augmenté d’environ 5% dans toute la Belgique.

Voici le coût médian d’un logement en 2020 :

  • Brabant wallon : 330 000€
  • Liège : 184 000€
  • Bruxelles : 440 000€
  • Namur : 245 000€
  • Hainaut : 142 750€

Connaître les prix de l’immobilier peut vous aider à choisir dans quelle région diriger vos recherches en fonction de vos moyens.

Calculer son apport personnel

Le 1er janvier 2020, le seuil minimal de l’apport personnel est passé à 10% du prix d’achat. Un montant non négligeable puisqu’il représente plusieurs dizaines de milliers d’euros. Cette nouvelle mesure met en péril les projets d’achat de beaucoup de jeunes, qui n’ont pas encore eu la possibilité de mettre une telle somme de côté.

Nos conseils :

Utilisez un calculateur de capacité d’emprunt pour savoir combien vous pouvez emprunter. Vous aurez alors une meilleure idée du montant de l’apport personnel nécessaire pour le type de maison qui vous intéresse.

Tentez aussi de réduire vos dettes au maximum pour avoir un taux d’endettement bas, ce qui vous permettra d’emprunter un montant plus élevé.

A lire aussi : Vos revenus sont faibles ? Voici comment obtenir un prêt hypothécaire en 2021

Ne pas oublier les frais annexes

Selon Frank Goossens, Chief Credit Officer chez Axa Banque, “il n’est pas facile pour les jeunes clients d’avoir une vision complète du prix d’une habitation”. Il ajoute : “les acheteurs pourraient être mieux informés du coût financier total. Cela leur éviterait des surprises.

Les frais annexes représentent entre 10% et 20% du prix d’achat d’un bien immobilier. Pourtant, beaucoup de jeunes acheteurs oublient d’en tenir compte. Le problème : ces frais ne peuvent pas être financés par un prêt bancaire. Connaître leur coût réel est donc indispensable avant de se lancer dans une procédure d’achat.

Voici la liste des frais annexes à prendre en compte :

  • Les frais de notaire
  • Les frais d’enregistrement au Registre des Hypothèques
  • Les honoraires du conservateur des hypothèques
  • Les assurances
  • La TVA
  • Les frais de dossier
  • Les frais d’étude

Ils sont calculés soit en pourcentage du prix du bien, soit selon les tarifs pratiqués par l’organisme prêteur.

Bon à savoir :

Les Régions proposent parfois des réductions de frais en cas de domiciliation. Par exemple, à Bruxelles, il n’y a pas de frais d’enregistrement sur les premiers 175.000€ si le primo-acquéreur s’y domicilie pendant au moins 5 ans.

Demander des conditions suspensives

Les conditions suspensives sont inscrites dans un contrat de vente pour protéger les deux parties. Elles peuvent par exemple stipuler que la vente n’aura pas lieu si l’acheteur n’obtient pas de prêt hypothécaire.

En 2020, 64% des jeunes ont choisi d’inclure des conditions suspensives dans leur contrat. En comparaison, ils n’étaient que 46% en 2019. Il semble que la pandémie et les incertitudes qu’elle entraîne poussent les primo-accédants à plus de prudence. Un réflexe à adopter vous aussi pour éviter les mauvaises surprises.

Emprunter en étant jeune : quelles possibilités ?

Il est de plus en plus difficile pour les jeunes de financer leur premier logement. BNP Paribas note une diminution de 30% des emprunteurs de moins de 30 ans en 2020. Chez Keytrade, en revanche, la proportion d’emprunts hypothécaires souscrits par des jeunes a augmenté cette dernière année. “Environ 45% de nos dossiers sont pour des jeunes de moins de 35 ans”, explique Roel Vermeire, Content & PR Manager chez Keytrade. “Si nous regardons sur la dernière année de 2020, le pourcentage de jeunes augmente même légèrement jusqu’à 47%.”

En conclusion, emprunter est toujours possible, mais il faudra dorénavant être plus prévoyant et mieux informé.

Attention : emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent