Une assurance « loyers impayés » ? Oui, ça existe !

09-12-20

De nos jours, plusieurs types d’assurances permettent aux propriétaires de biens mis en location, de couvrir le risque de non-paiement des loyers. Des polices spécifiques qui éviteront les actions en justice, souvent longues et coûteuses, ou qui les faciliteront dans les cas les plus extrêmes.

C’est légitime, les loyers impayés représentent une des principales craintes du bailleur. Un écueil à la fois financier mais aussi juridique, puisque lié à la procédure judiciaire qu’il entraîne. Aujourd’hui, il est néanmoins possible de se prémunir contre ce risque en ayant recours à des polices d’assurance ad hoc. De quoi mieux faire face à l’insolvabilité du locataire mais aussi aux actions en justice visant à récupérer les loyers dus.

Plusieurs types de polices coexistent !

On peut notamment citer l’assurance qui couvre les arriérés de loyers, que l’on peut bien entendu doubler d’une protection juridique. En fonction des conditions fixées par l’assureur, l’assurance rembourse généralement jusqu’à 12 mois de loyers non payés. Notez que la majorité des assureurs fixent un loyer mensuel maximal qui tient compte du type de bien ainsi que de sa localisation. Au-delà d’un certain montant, l’assurance n’offrira pas de garantie contre les loyers impayés.

La protection juridique pour sa part, permet d’assister le bailleur lors des procédures de résolution du conflit. Une protection qui peut aller de la prise de contact avec des experts juridiques à une indemnisation de vos frais de justice.

Les dégâts aussi !

Il est aussi possible de se prémunir contre les dégâts locatifs (qui peuvent rapidement se chiffrer à plusieurs milliers d’euros) ou encore contre le départ anticipé de votre locataire. D’autres polices proposent aussi de mettre l’assuré en relation avec des hommes de métier en cas de besoin.

De manière générale, on souscrira l’assurance loyers impayés en début de bail. De fait, les conditions générales de la majorité des contrats d’assurance ne permettent pas de souscrire une police du genre pour des baux déjà en cours.

Enfin, pour ce qui est du coût d’une telle police, la prime varie généralement entre 3 et 5 % du loyer annuel, selon les options et le type de contrat d’assurance choisi.