Investir dans un immeuble de rapport : que faut-il savoir ?

20/08/2020

Vous connaissez l’habituel refrain sur le rendement de l’argent qui dort sur les comptes d’épargne… Vous désirez booster le rendement ? Un immeuble de rapport peut être une solution.

Les banques, très strictes !

Vous souhaitez investir dans un immeuble de rapport ? Vous devez alors disposer d’un portefeuille bien garni ! En effet, les règles concernant l’achat de biens immobiliers ont été renforcées au début de cette année. Malheureusement, cela concerne également l’achat d’un immeuble de rapport. Si vous achetez une résidence secondaire pour la louer, vous devez disposer de 20 % de la valeur d’achat en fonds propres. Certaines banques font encore exception et réduisent la contribution propre à 10 %.

Ajouter les coûts supplémentaires

Vous êtes tombé sur une belle propriété à vendre ? N’oubliez pas d’ajouter les frais habituels au prix d’achat, comme les frais de notaire, les droits d’enregistrement… Les pourcentages varient suivant les régions, mais restent dans tous les cas à 2 chiffres pour l’achat d’un immeuble de rapport : 10 % en Flandre (contre 6 % pour une première habitation), 12,5 % à Bruxelles et en Wallonie.

N’oubliez pas les impôts

Chaque année, vous devez payer une taxe foncière sur votre propre propriété. Celle-ci est basée sur le revenu cadastral de la propriété. Concernant votre immeuble de rapport, vous devez le déclarer chaque année à l’administration fiscale. Ils indexeront le montant et l’augmenteront de 40 %. Si vous louez le bien à des fins professionnelles, vous devez déclarer le revenu locatif net. Ce montant sera ajouté à vos autres revenus et sera imposé à la tranche la plus élevée dans laquelle se situe votre revenu.

Enfin, dans certaines communes, vous devez également payer des taxes municipales pour les résidences secondaires. Heureusement, ce n’est pas le cas partout.

Une (très) bonne nouvelle !

La bonne nouvelle, c’est que lorsque vous contractez un prêt pour une résidence secondaire, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt. Celle-ci vous permet de déduire jusqu’à 2.390 euros de vos revenus.