En automne et en hiver, n’oubliez pas de modifier cette habitude !

28/10/2020

Il n’est pas toujours évident de gérer l’arrosage des plantes d’intérieur durant les deux saisons les plus fraîches et humides. Trouver la bonne fréquence tout en palliant l’air sec induit par le chauffage relève parfois de l’exploit !

Tout d’abord, il convient de distinguer les différentes plantes qui trônent dans votre intérieur. Trois grandes catégories peuvent être établies : les plantes tropicales, celles issues de zones tempérées et enfin les cactées.

Les plantes tropicales

Ce sont celles qui sont généralement privilégiées dans nos intérieurs, principalement pour leurs côtés à la fois exubérant et exotique. Les ficus, palmiers, aechmaes et autres monstras proviennent de contrées où, constamment, règnent des températures tournant autour de 25°, assorties d’un taux d’humidité relativement élevé. Des conditions qui ne sont bien entendu pas remplies dans nos appartements durant l’automne et l’hiver. Le pire durant ces deux saisons est que les plantes souffrent de la sécheresse de l’air ambiant, principalement à cause des radiateurs.

Si la température de la pièce n’est pas trop élevée et que le chauffage ne fonctionne pas en permanence, l’arrosage des plantes tropicales peut être réduit durant l’automne et l’hiver. Bien souvent, un arrosage copieux, une fois par semaine, est suffisant. Dans tous les cas, ne laissez jamais l’eau stagner dans la coupelle ou au fond du pot car les racines seraient alors asphyxiées, ce qui engendrerait la mort de la plante.

En outre, ces plantes exigent aussi une certaine humidité dans l’air afin de pouvoir croître dans des conditions optimales. Pour ce faire, créez des îlots de verdure en regroupant vos plantes. Grâce à leur évapotranspiration, elles assureront elles-mêmes une ambiance plus humide dont elles profiteront mutuellement. Enfin, si votre habitation est équicpée de convecteurs, pensez à installer des diffuseurs d’eau sur chacun d’entre-eux et alimentez-les très régulièrement, afin d’humidifier l’air ambiant.

Les plantes issues de zones tempérées

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Miranda Skoczek (@mirandaskoczek) le

Les plantes qui proviennent de ces zones, comme l’azalée ou le cyclamen, ne supporteront pas non plus la chaleur et la sécheresse provoquée par les radiateurs. Pour contourner cet écueil, on placera les plantes concernées sur de fines éponges imbibées d’eau afin qu’elles puisent l’humidité selon leurs besoins. En outre, ces plantes devront être installées dans un local frais ou une pièce dépourvue de radiateur. Si vous placez vos agrumes, hibiscus et autres pélargoniums dans votre véranda non chauffée durant l’hiver, procédez alors à un arrosage limité. En fait, vous devrez attendre que la terre soit bien sèche en surface, sur 3 à 5 cm selon la taille du pot, avant d’arroser à nouveau.

Les cactées

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par suculentasscoloridass (@suculentasscoloridass) le

Enfin, les cactus sont à considérer comme une exception dans le monde des plantes d’intérieur. En effet, l’arrosage devra être quasiment interrompu d’octobre à mars puis progressivement repris à partir du printemps. Cela vous permettra d’éviter que de nombreuses maladies de type cryptogamique rongent vos plantes jusqu’à leur mort.