Huiler un meuble : 6 erreurs à ne pas commettre !

24/04/2020

La tendance actuelle est aux meubles cirés ou huilés, au détriment des meubles vernis. Du coup, les huiles pour le bois débarquent en force dans les rayons des magasins de bricolage, avec une kyrielle de teintes ainsi que de finitions.

Globalement, les huiles pour le bois permettent de protéger les surfaces réalisées à l’aide de ce matériau noble tant des taches que des salissures et des rayons ultraviolets émis par le soleil. Mais outre la préservation du bois, l’huile va également permettre de le magnifier, en valorisant sa beauté naturelle.

C’est le cas notamment des veines que l’on retrouve dans des essences comme le châtaignier, le chêne ou le noyer. L’huile va accentuer celles-ci, tout en nourrissant le bois et en le préservant des taches et de l’eau. L’huile permet de facilement entretenir vos meubles, encore faut-il respecter quelques règles simples qui vous permettront d’obtenir un rendu irréprochable et durable !

Oublier le ponçage…

Le bois étant un matériau poreux, il se prête particulièrement bien à recevoir une huile qui n’aura aucun mal à s’y imprégner en profondeur. Néanmoins, pour que l’huile puisse saturer le bois, il faut que ce dernier soit brut. Si votre meuble est peint, lasuré ou vernis, il faut dans un premier temps le poncer à nu. Un premier ponçage à l’aide d’un papier abrasif (n° 60 voire 80) enlèvera rapidement l’essentiel de la matière à éliminer. Pour affiner la surface, passez ensuite à un grain plus fin (n° 120 ou 150), qui va vous permettre de lisser le bois.

Vous appliquez au pinceau ? On a mieux !

Une fois le meuble dépoussiéré, vous pouvez commencer l’application de l’huile pour bois. Pour ce faire, privilégier un chiffon plutôt qu’un pinceau, et étaler ensuite l’huile dans le sens des fibres. Laissez imprégner durant une bonne vingtaine de minutes puis essuyer le surplus à l’aide d’un chiffon doux qui ne peluche pas. Si vous constatez que le bois a rapidement absorbé l’huile, n’hésitez pas à renouveler l’opération une seconde fois, en procédant de la même manière.

Zapper l’essuyage

Notez que l’étape d’essuyage est impérative, sans celle-ci le séchage de l’huile pourrait ne pas être optimal avec, in fine, un rendu moins réussi. L’huile est un produit d’imprégnation qui ne doit nullement laisser de film en surface !

Excès de zèle….

Enfin, une fois le bois saturé, il est inutile voire complètement contre-productif de vouloir multiplier le nombre de « couches » !

Ne pas attendre suffisamment

Lorsque cette opération est effectuée au printemps ou en été, à savoir quand la température ambiante est supérieure à 20° et qu’il fait sec, une huile est sèche au toucher en un peu plus de 24 heures après l’application. Elle ne sera néanmoins sèche à cœur qu’au bout d’une semaine. Le froid et l’humidité compliquent le processus de séchage, mieux vaut donc éviter de traiter vos meubles durant la saison hivernale !

Jeter votre chiffon sans le rincer…

Enfin, avant de vous débarrasser de votre chiffon imbibé d’huile, mouillez-le généreusement avec de l’eau claire. En effet, celui-ci pourrait s’enflammer par auto-combustion dans votre poubelle !