Béton : Bientôt une pénurie de matériaux ? Ce pays a une solution !

3/07/2020

La réutilisation des matériaux de construction est un fameux chantier, particulièrement pour les grandes villes qui sont contraintes dentretenir et de construire de nouvelles infrastructures publiques.

En Suisse, des laboratoires de recherche ont choisi de se pencher sur le cas du béton, et plus précisément sur le recyclage de ce matériau. Ce dernier est le plus utilisé dans le domaine de la construction, tout autour du globe et en particulier dans les villes en proie à une urbanisation galopante. La fabrication du béton absorbe quelque 40 % de la production mondiale de granulats, un agrégat de matériaux composé notamment de sable, de gravier et de fragments de roche. Or, tant le sable que le gravier se raréfient, à tel point que beaucoup évoquent une pénurie à moyen terme.

À côté de cela, la plupart des édifices construits après la Deuxième Guerre mondiale sont aujourd’hui arrivés en fin de vie et le volume de matériaux de déconstruction augmente sans que l’on sache vraiment comment traiter ces déchets encore trop souvent enfouis, incinérés ou utilisés dans les terrassements routiers. Or, cette transformation à faible valeur ajoutée ne permet pas de tirer réellement parti de la richesse emprisonnée dans le béton.

Une seconde vie

Certaines villes, comme Zurich en Suisse, ont décidé de prendre une longueur d’avance. Si plusieurs villes helvètes ont déjà fait de la récupération des briques une priorité, lorsqu’on déconstruit un immeuble, la principale ville du pays va aujourd’hui plus loin en imposant un pourcentage de matériaux recyclés dans ses marchés publics.

C’est que le granulat recyclé convient aussi bien que son homologue naturel à la production de béton. On l’obtient à partir de morceaux de béton démolis ou de gravats mixtes, qui contiennent, en plus du béton, des matériaux tels que des briques, du carrelage ou du crépi. Le béton recyclé s’utilise de façon différente selon qu’il est produit à partir de gravats purs ou de gravats mixtes. Ceci pour des raisons techniques, comme la résistance au gel, en ce qui concerne la construction des ponts, par exemple. Mais l’emploi de granulat de gravats mixtes est tout à fait envisageable pour la plupart des usages dans la construction des maisons par exemple.

Ces initiatives doivent être promues au cours des prochaines années sous peine de voir les réserves de sable et de gravier s’amenuiser rapidement !