Chauffage : Quel est le moyen le moins cher de se chauffer ?

17-10-19 - Sudpresse

De l’électrique au bois, en passant par le mazout, le gaz et les pellets : quel est le moyen le moins cher de se chauffer aujourd’hui ? Sudpresse a mené l’enquête en demandant à Wikipower, une plateforme d’achats groupés d’énergie, de concocter un comparatif…

La méthode de calcul, assez poussée, prend en considération le pouvoir calorifique de chaque source d’énergie. En revanche, seul le coût d’utilisation est calculé, l’étude ne prenant pas compte des frais d’entretien, ni d’installation de la chaudière ou de la cassette…

5. L’électricité : un gouffre financier… A une colossale exception près !

Se chauffer à l’électricité est un gouffre financier : ce moyen est cinq fois plus cher que le gaz ! Toutefois, il convient de relativiser : nous parlons ici d’électricité achetée et non produite. Dans le cas d’une maison dotée de panneaux photovoltaïques, parfaitement isolée et équipée d’une pompe à chaleur, le constat est tout différent. Dans ce cas précis, l’électricité est clairement le moyen le moins onéreux de se chauffer !

4. Mazout : un marché volatile

Les attaques récentes de drones sur des installations pétrolières en Arabie Saoudite nous ont rappelés à quel point le marché du pétrole peut être volatile. Aujourd’hui, le mazout peut paradoxalement être moins cher en hiver qu’en été. Les prix fluctuent beaucoup d’une année à l’autre, étant notamment victimes des tensions dans les pays producteurs…

3. Les pellets : progressivement plus chers

Le prix du pellet aurait augmenté de 17% en deux ans, ce qui vaut aux pellets de perdre leur deuxième place. Aujourd’hui, pour un sac de 15 kg d’excellents pellets produits dans notre Ardenne, comptez entre 4,5 et 5 €. Certes, il existe des pellets nettement moins chers dans les grandes surfaces, mais le pouvoir calorifique n’est alors plus le même. Et votre poêle/chaudière pourrait en souffrir…

2. Le gaz : très bon marché cette année !

Nous parlons ici du gaz de ville, pas du propane qui vient remplir une bombonne. Aujourd’hui, le gaz est particulièrement bon marché, la Belgique affichant à ce titre, les factures les plus basses ! Entre autres explications, pointons l’hiver 2018 particulièrement doux qui a permis l’accumulation de réserve.

1. Le bois : l’éternelle solution bon marché

Le bois reste encore et toujours le moyen de chauffage le moins onéreux. D’autant que pour ceux qui habitent en milieu rural, il n’est pas impossible d’en trouver gratuitement ! Tout comme le pellet, le bois est une production locale, ce qui garantit une certaine stabilité dans les prix. Notez toutefois que ce moyen de chauffage n’est pas sans inconvénient : il est difficile de moduler précisément la température, il est impossible de programmer une cassette et surtout, il est nécessaire de disposer d’un espace de stockage au sec. Et on ne vous parle pas de l’entretien fastidieux d’un poêle… Reste évidemment un prix hors concurrence, une chaleur très agréable et une ambiance inimitable !

Lire plus