Terrasse en bois ou en composite ? On fait le point !

03-07-19 - Immovlan.be

Naturel ou artificiel, chaque matériau amené à composer la base de votre terrasse présente des avantages et des inconvénients. Loccasion de comparer le bois et ses concurrents composites.

C’est le matériau noble par excellence, utilisé depuis la nuit des temps pour bâtir à peu près tout et n’importe quoi. Le bois est vivant et écologique, du moins lorsqu’on privilégie les filières locales et non exotiques. Il est aussi à même de s’intégrer dans bon nombre de typologies architecturales et d’adopter une multitude d’aspects et d’essences. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs imputrescibles, à l’image du douglas, du robinier ou encore du mélèze. Le bois conjugue aussi une résistance mécanique exceptionnelle avec une vraie durabilité. Quant aux essences plus fragiles comme le pin, celles-ci peuvent être traitées une fois l’an et ainsi durer des dizaines d’années.

Du côté des inconvénients, le bois a tendance à grisonner au fil du temps. Une patine aux tons argentés qui fait partie intégrante de son processus de vieillissement à l’air libre. Celle-ci peut être limitée voire modifiée à l’aide d’huile de protection ou de produits dégrisants qui seront suivis d’un saturateur appliqué après un nettoyage minutieux du bois. Une tâche qui, pour certains, peut se révéler fastidieuse.

Pour ce qui est du prix enfin, les bois exotiques sont forcément les plus onéreux (avec des tarifs oscillant entre 70 et 200 € le m2), suivis par les bois européens (de 40 à 120 € le m2) et enfin par le pin (aux alentours de 30 € le m2).

Le « faux bois » ? Et pourquoi pas !

Le bois composite constitue aujourd’hui une belle alternative au bois naturel. Issu du mélange de fibres de bois recyclées et de différents polymères, il présente un aspect de plus en plus qualitatif et proche de « l’original ». Il est néanmoins préférable de privilégier les produits qui ne contiennent ni colle, ni PVC et qui affichent en même temps une recyclabilité optimale. Au contraire du bois naturel, la déclinaison composite s’avère durable et nécessite peu dentretien. Outre le bois, les différentes combinaisons de couleurs permettent aussi d’obtenir des aspects proches du béton, de la brique voire de l’ardoise.

Fixées à l’aide d’attaches spécifiques, les lames de bois composite se démontent facilement, ce qui est bien entendu très pratique lorsqu’on souhaite remplacer l’une d’entre elles ou accéder au soubassement de la terrasse.

Optez toujours pour des planches garanties dans le temps. Si la qualité du rendu a progressé au cours des vingt dernières années, la fine couche protectrice de polyéthylène qui protège la matière, demeure linéaire et figée, un peu comme un parquet stratifié. Cette couche doit donc être de la meilleure qualité possible.

Au contraire de ce que l’on pourrait croire, le bois composite n’est pas moins cher que le massif, les prix oscillant entre 30 et 150 € m2, en fonction de la qualité.