Comment sécuriser son escalier à moindre frais en 6 étapes ?

12-11-18 - Immovlan.be

Ouvrages indispensables au cœur de nos maisons, les escaliers sont aussi des risques importants d’accidents domestiques. En suivant ces quelques conseils, il est néanmoins possible de les sécuriser, à moindre frais, pour en limiter considérablement les risques. Alors pourquoi attendre ?

Qui n’est jamais tombé, ou, à tout le moins, n’a jamais frôlé la chute dans un escalier ? Si monter et descendre un escalier sont des exercices pratiqués quotidiennement et exécutés presque machinalement, un accident peut avoir des conséquences dramatiques. Tentez donc de limiter les risques de chute en suivant ces simples conseils :

1. Dégagez le passage

Ne laissez jamais trainer des objets sur les marches ou devant un escalier. Surtout pas au-dessus ! Un moment d’inattention est vite arrivé. Mieux vaut donc limiter au maximum les risques et retirer du passage tous les objets qui pourraient vous faire trébucher.

2. Jamais sans ma rampe !

Un escalier sans rampe peut être joli sur catalogue. Mais mieux vaut privilégier la sécurité à l’esthétisme dans ce domaine ! Cet accessoire indispensable permet non seulement de se rattraper facilement si l’on trébuche mais aidera aussi les enfants ou les personnes âgées à se sécuriser. Si votre escalier n’en possède pas, installez au moins une main-courante à 90 cm au-dessus de l’escalier. Si vous avez de jeunes enfants, n’hésitez pas à en installer une seconde à 60 cm. Inutile de dépenser des fortunes : une main courante en bois ou même un cordage épais suffisent. Mais veillez à ce que les fixations soient solides !

3. Pensez « anti-dérapant »

Le bois verni ou des matériaux comme le marbre peuvent être très glissants. Si votre escalier présente un risque de glissade, alors n’hésitez pas : installez un revêtement anti-dérapant ! On en trouve facilement à petits prix et très simples à placer. Mais attention : veillez à ce que le revêtement soit bien fixé partout. Notamment en nettoyant et dépoussiérant efficacement la zone avant de coller un anti-dérapant adhésif.

4. Que la lumière soit !

Un escalier mal éclairé est un escalier dangereux. Veillez donc à assurer un éclairage optimal dans votre cage d’escalier. Si possible, ajoutez même un interrupteur à détecteur de mouvement, cela vous évitera de monter dans le noir par « mégarde ». Sachez également que l’on peut trouver des adhésifs électroluminescents pour souligner les nez de marche à moindre coût. Si vous préférez les LED, attention toutefois à ne pas tomber dans le piège de la lumière intégrée esthétique mais… aveuglante ! Un éclairage d’escalier ne doit jamais vous éblouir.

5. Anticipez le pire

Si malgré ces conseils, le pire devait arriver, pourquoi ne pas penser à installer un tapis épais sur des zones cruciales de votre escalier : au pied, sur les paliers voire sur le centre des marches ? Le tapis pourra servir de zone d’amortissement en cas de chute. Mais, à nouveau, veillez à ce qu’il soit antidérapant ou parfaitement fixé.

6. Pas d’enfant sans barrière !

Si vous avez de jeunes enfants, ne lésinez pas sur l’installation d’une voire deux barrières pour sécuriser l’accès à votre escalier à ses extrémités. Ce n’est pas très coûteux et cela se revend très facilement en deuxième main. Pour être efficaces, ces barrières devront néanmoins être très solidement installées et mesurer au moins 75 cm de haut.