Incendie : Non, ça n’arrive pas qu’aux autres !

27-07-18 - Immovlan.be

Protégez son foyer contre les incendies, on y pense tant au moment de construire qu’au moment de rénover.

Non, les incendies, ça n’arrive pas qu’aux autres. Les chiffres sont là pour le prouver.  Pourtant, quelques précautions très simples à adopter permettent de déjà éliminer bon nombre de risques potentiels. On n’y pense jamais assez tôt !

Même si la plupart de nos compatriotes l’ignorent, quand un incendie se déclare à l’intérieur d’une habitation, une famille n’a que trois minutes chrono pour identifier l’incendie, évacuer et appeler le 112. Or, une enquête a démontré que le Belge ne se soucie que très peu de ce risque pourtant bien réel. Un sur trois va même jusqu’à ne pas s’en préoccuper du tout et un sur 10 estime que l’installation d’un détecteur de fumée est superflue. Il y a pourtant cinq règles de base incontournables : placer suffisamment de détecteurs de fumée, les tester chaque mois, connaître son plan de fuite, fuir et rester dehors en appelant le 112.

Des règles de base

Raison de plus pour revenir sur certaines règles de base que la plupart des gens connaissent, mais qu’une bonne majorité ne mette pas en pratique. Oui, il faut installer des détecteurs de fumée à certains points clés de la maison. La recommandation va à un par foyer mais on ne peut que vous inviter à en placer au minimum un par étage, voire par zone de 70m2. Il est par ailleurs essentiel de ne pas surcharger les prises électriques. C’est l’une des causes les plus communes d’incendie. Les multiprises sont en effet très dangereuses. Il faut mieux revoir son installation que d’en user et d’en abuser.

On ne peut également que vous recommander de bien surveiller vos enfants. Les gamins qui jouent avec des allumettes, ce n’est pas qu’une image d’Epinal. Tout ce qui a trait au feu a le désavantage de fasciner nos bambins. C’est pourquoi, on les informe des risques et, surtout, on leur indique la marche à suivre s’ils sont témoins du démarrage d’un incendie, premières consignes et plan de fuite compris.

La cuisine est la pièce la plus dangereuse…

La cuisine reste la pièce la plus dangereuse de la maison. Faites attention à ce que vous y stocker. Les produits inflammables n’y ont pas leur place. Enfin, combien d’entre nous savent que le tuyau de raccordement de la gazinière a une date de péremption ?  Si vous y jetez un œil, vous verrez qu’elle est clairement indiquée sur toute sa surface. Pensez à le changer à temps.

Prévenir dès la construction

La prévention, ça ne démarre pas quand vous vous installez dans un logement.  Lorsque vous êtes propriétaire, il faut y penser en amont. Quand on construit ou qu’on rénove, on met l’accent sur le choix des matériaux. Certains d’entre eux répondent désormais à des normes très élevées en matière de protection incendie et ça vaut également pour les revêtements de toutes sortes. Les peintures et vernis intumescents font désormais partie de la panoplie anti-incendie de base, qui font merveille sur tous les matériaux inflammables. Il s’agit de produits thermoplastiques qui gonflent sous l’action de la chaleur, pour former une mousse microporeuse isolante appelée « meringue ».

Elle protège les supports des flammes, limite la propagation de l’incendie et retarde l’élévation de la température des matériaux. En ce qui concerne la plupart de ces derniers, leur résistance au feu se mesure selon qu’ils relèvent d’une « fonction portante » (colonne, poutre, escalier) ou d’une fonction non portante (porte, clapet, mur non porteur). Trois critères essentiels sont donc pris en compte: stabilité, étanchéité et isolation. L’isolation est bien sûr un élément clé, que l’on retrouve désormais partout dans la maison. Quel que soit le type de matériau isolant, il est censé répondre à des normes CE très précises, qui définissent l’endroit du bâtiment où il pourra être utilisé et à quelles fins.

Constructions en bois, halte aux préjugés !

Non, une maison en bois ne brûle pas plus facilement qu’une autre.  Bien au contraire, comparé aux autres matériaux, le bois résiste particulièrement bien aux flammes. En cas d’incendie, il transmet 10 fois moins vite la chaleur que le béton, 250 fois moins vite que l’acier. Il n’explose pas mais brûle en se consumant lentement, voire conserve plus longtemps que les autres matériaux ses capacités mécaniques et de portance.

Grâce à ses caractéristiques, le bois est considéré comme un matériau particulièrement fiable. En effet, les pompiers sont autorisés à intervenir plus longtemps sous une charpente en bois que sous une structure en béton ou acier et les assureurs n’exigent pas de surprime pour assurer une construction en bois contre l’incendie. Le comportement du bois face au feu dépend essentiellement de l’essence à laquelle il appartient, les bois durs et denses s’enflammant plus difficilement que les bois tendres, de ses dimensions et de son taux d’humidité.

Besoin de plus d’infos ? Complétez le formulaire ci-dessous et on vous contactera !

* Champs obligatoires


 
Ce site utilise des cookies. Les cookies nous permettent de vous apporter des contenus et services adaptés à votre navigation, d’optimiser votre expérience du site grâce aux statistiques d’audience et de personnaliser les annonces sur base de votre comportement. Refuser les cookies vous ferait perdre ces avantages. Vous pouvez à tout moment modifier les réglages d’acceptation. Pour en savoir plus cliquez ici.