Chauffage : Le mazout n’est pas enterré et pourrait même être une solution… d’avenir ?

17/10/2019

Les gouvernements des trois régions ont clairement défini leur position vis-à-vis du chauffage à mazout. A terme, il devra disparaître. Pourtant, quelques innovations dans le secteur pourraient inverser la vapeur !

A court terme en Flandre et à Bruxelles, et à un peu plus longue échéance en Wallonie pour des raisons d’éloignement du réseau de distribution de gaz : aujourd’hui, les jours du chauffage au mazout semblent comptés. Produit pétrolier, le bilan carbone du mazout est mauvais face aux autres alternatives, comme la biomasse, par exemple. Pourtant, il semble que les chaudières au mazout n’aient pas dit leur dernier mot. En effet, les industries pétrolières investissent à bourse déliée dans les carburants synthétiques. Ce qui pourrait tant changer la donne au niveau du secteur du transport (diesel routier) que du chauffage domestique.

Ces carburants synthétiques sont produits à base d’huiles hydrotraitées, voire de déchets. En clair, il s’agit généralement du fruit du recyclage. Il ne s’agit pas d’une nouveauté en soi : il y a cent ans, des recherches allaient déjà dans ce sens. Mais pour se donner une crédibilité écologique, les industries pétrolières mettent plein gaz sur ce carburant. Très nettement moins polluant à produire, ce carburant est aussi nettement plus propre lors de sa combustion, certaines études avançant une diminution des émissions de CO2 de… 60 % !

Reste un problème de taille : le consommateur. Entre les promesses de l’industrie, les décisions gouvernementales et le flou pas très artistique qui règne au milieu, que va-t-il décider ? Une nouvelle installation de chauffage est un investissement colossal pour un particulier !