Conseils: Achat - Vente

Acheter ou louer mon habitation?

Vous louez votre logement et vous vous demandez quand est-il préférable de devenir propriétaire? La réponse dépend de nombreux critères et louer n'est pas forcément synonyme de « jeter son argent par la fenêtre ». Le point clé est la durée pendant laquelle vous allez habiter dans ce logement. Voici un relevé des différents points qui pourront aiguiller votre décision!

 

La liberté

Louer :

Louer permet une plus grande liberté en terme géographique. Si vous trouvez que votre logement devient trop petit, que le loyer est trop élevé, que vos nouveaux voisins sont trop bruyants ou que vous êtes trop loin de votre nouveau travail, le changement de logement peut être très rapide, en quelques mois vous pouvez profiter d’un nouveau toit.

 

Dans la majorité des cas, la location d’un logement n’est pas garantie à vie et il est possible si le propriétaire vend le bien ou souhaite l’habiter que vous soyez amené à quitter les lieux.

 

Acheter : 

En tant que propriétaire vous pouvez aménager votre logement à votre guise. N'oubliez cependant pas que certaines modifications de votre bien immobilier requièrent l’accord de l’administration communale et ou de l’urbanisme.

 

L’entretien du logement 

Louer :

L’entretien quotidien est toujours à la charge de ses habitants même lorsqu’ils sont locataires. Cependant, si de gros travaux (nouvelle installation de chauffage, réparation du toit, …) doivent être réalisés ils sont à la charge du propriétaire.

 
Acheter :

En tant que propriétaire vous êtes responsable de l'entretien de votre bien immobilier. 

 

Les finances 

Louer :

Si vous ne disposez pas d’économies ou si vos revenus sont incertains, la location vous permet d’obtenir un logement rapidement et d’en changer si jamais le loyer devenait trop important par rapport à vos revenus.

 

En louant, vous n’aurez pas non plus de gros frais imprévus si par exemple votre chauffage tombe en panne ou si les châssis deviennent trop vieux.

 

Pour une durée de résidence courte (inférieure à 4-5 ans), il est souvent financièrement plus avantageux de louer que d’acheter car l’achat d’un bien immobilier entraîne le paiement de nombreux frais.

 

Acheter : 

Devenir propriétaire implique la mobilisation de moyens financiers importants. Cependant, le coût de la vie ne cesse d’augmenter et les loyers sont liés à l’évolution des prix, donc indexés à la hausse chaque année. Avec l’achat d’un logement votre capital est investi dans quelque chose de solide et pérenne, ce qui sur le long terme vous apporte une certaine stabilité.

 

De plus, lorsque votre emprunt hypothécaire sera remboursé, vous ne devrez plus débourser une somme importante pour vivre sous un toit et vous pourrez profiter pleinement de vos revenus.

 

L’achat d’un bien est un investissement, vous pourriez mettre en location, revendre votre bien ou en faire don à vos enfants.

 

Simulation financière : achat versus location

 
L’exemple qui suit est sans doute schématique, mais révélateur et il peut servir de base à un calcul plus approfondi.


Le résultat (simplifié) du match achat/location (1)

Achat (2)

Location (3)

Capital disponible

30.000 €

Capital disponible

30.000 €

Prêt

100.000 €

 

 

Mensualité

716 €

Loyer de départ

630 €

Bilan après 20 ans

Bilan après 20 ans

Total des mensualités

171.840 €

Total des loyers

187.423 €

Valeur du logement

163.454 €

Capital investi

79.599 €

Solde

-8.386 €

Solde

-107.824 €

 

Comme vous le constatez, il n’existe pas réellement de choix parfait. Chacune de ces formules entraîne des conséquences agréables ou non pour votre vie et votre budget. A vous de choisir celle qui correspond le mieux à votre style de vie et à votre gestion financière.

(1) Sur la base d’un logement d’une valeur de 110.000 € (hors frais d’achat).

(2) Pour le propriétaire, le prêt est à taux fixe (6 %) et remboursable sur 20 ans. On considère que les avantages fiscaux sont annulés par le revenu cadastral, le précompte immobilier et l’assurance solde restant dû. On suppose une réévaluation nette du bien de 2 % par an, après déduction des frais d’entretien.

(3) Pour le locataire, on tient compte d’une indexation de 2 % l’an et d’une rentabilité du capital investi de 5 % net par an (avec réinvestissement des intérêts).