L’habitation « kangourou » a le vent en poupe en Belgique !

02-12-19 - Immovlan.be

Le phénomène vient d’Australie et prend de l’ampleur en Belgique. Baptisé « maison kangourou », le concept consiste en deux voire trois générations qui cohabitent sous le même toit.

Ce concept permet à des membres d’une même famille (au sens large), ou parfois de familles différentes, de cohabiter dans une habitation commune, scindée en espaces distincts, afin que chacun puisse bénéficier de sa propre intimité lorsque cela s’impose. Généralement, le logement est constitué dun espace commun et de zones privatives, qui regroupent notamment les chambres à coucher et les sanitaires.

Et si le phénomène est plutôt récent en Belgique, il rencontre en revanche un franc succès aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves depuis près de 20 ans. Une idée toute simple qui permet aux jeunes et aux séniors de vivre sous le même toit et, du coup, de sentraider plus aisément. En effet, en plus de renforcer les liens entre les différents membres de la famille, les maisons kangourou offrent de multiples avantages, tant pratiques que financiers. Les seniors peuvent ainsi s’occuper de leurs petits-enfants tandis que les enfants prendront mieux soin de leurs aînés en leur assurant une présence à la fois rassurante et sécurisante. Une belle mixité intergénérationnelle, doublée d’une entraide toute naturelle qui est bien entendu facilitée par la proximité.

Règles d’or

Pour que la cohabitation se passe au mieux, il est néanmoins primordial de suivre quelques règles, tout en établissant une véritable relation de confiance. La première des clés pour une maison kangourou qui fonctionne est bien entendu la communication entre les différents membres du ménage.

Aussi, et plus pratiquement, si une maison kangourou peut prendre place au sein d’un bâti existant (que l’on peut éventuellement réaménager), il sera plus commode de construire une maison neuve, que l’on configurera alors en fonction des desiderata de chacun mais en tenant aussi compte des exigences qui peuvent apparaître quand on prend de l’âge. Autre avantage : la possibilité de faire du lieu une habitation passive et durable. De quoi rencontrer au mieux les tendances d’habitat actuelles.