L’indice Trevi pointe une baisse des prix du marché immobilier.

L’immobilier résidentiel belge serait-il sur le point chuter drastiquement ? Les experts du Groupe Trevi constatent en effet une diminution des prix mais relativisent … cette baisse est fortement influencée par le type de bien et sa rareté.
 

Selon Trevi, ces trois derniers mois ont vu un marché baisser en flèche au niveau des prix. Si cette baisse devait perdurer d’ici à décembre, elle entraînerait une diminution de l’ordre de 5 %.
 

Les Provinces et types de biens les plus impactés.

Les provinces du Hainaut, Liège, Brabant wallon, Limbourg et Anvers sont davantage pénalisées. On constate également à la Côte une baisse quasi généralisée alors que les prix en Flandre occidentale sont restés assez stables.

Déjà fortement impacté par le passé, le marché immobilier haut de gamme a cette fois été rejoint dans le tassement par le marché moyen de gamme supérieure (biens correspondant à deux fois la valeur moyenne des biens du marché considéré).
 

Certains biens échappent toutefois à la baisse.

Les marchés d’entrée de gamme présentant une certaine rareté au niveau de l’offre échappent au phénomène.

Les propriétaires de biens « plein de charme» échappent également à la baisse. Ces types de biens plus rares continuent à se vendre sans que leur prix n’ait à être revu à la baisse. « Il est symptomatique de voir qu’un appartement deux chambres de 90 m2 datant des années 1950, assez énergivore mais plein de charme, n’a pas baissé de prix, tandis qu’un appartement de même surface, moins cher, mais dans un immeuble des années 1960 banal, subit une correction de 5 à 7 %, note le patron de Trevi. Je suis certain que cette dichotomie de marché va s’amplifier dans les mois à venir. »

Maison pleine de charme - Immovlan.be

Le marché du neuf : au juste prix.

En ce qui concerne le marché du neuf, la tendance à la sélectivité et à la correction des excès se confirme.

Dans les prochains mois, il sera capital pour les promoteurs immobiliers de bien fixer leurs prix de vente dès le départ du projet. En effet, « si un promoteur baisse ses prix en cours de commercialisation, il s’attire les foudres des premiers acquéreurs mais aussi l’inquiétude des candidats qui préfèrent acheter un bien dans une promotion qui s’écoule à un rythme soutenu» explique Eric Verlinden, Administrateur Délégué du Groupe Trevi.

Ceci dit, et même s’il est moins dynamique, le marché du neuf profite encore et toujours du soutien des investisseurs privés qui préfèrent ce type de produit. Une situation qui perdurera tant que les taux d’intérêt resteront bas.

L’optimiste reste de mise.

Lorsque l’on sait qu’environ 70 % des locataires en Belgique, toutes classes sociales confondues, aspirent à accéder à la propriété dans un avenir proche, le marché de l’immobilier n’est pas prêt à stagner surtout avec les taux très attractifs du moment.

Indice Trevi juin 2014 - Immovlan.be

Graphique, source: Trevi.


Retour aux nouvelles