Les Belges à l’étranger | Le chiffre du jour : 186 millions d’euros !

16/11/2021

186 millions d’euros ! C’est le montant dépensé par nos compatriotes pour l’achat d’une seconde résidence sur la Costa Blanca en Espagne durant les six premiers mois de cette année.

Pendant les six premiers mois de 2021, les Belges ont acheté des biens immobiliers sur la Costa Blanca, en Espagne, pour un montant total de 186 millions d’euros ! Ils deviennent ainsi les plus gros investisseurs sur le marché des résidences secondaires locales, devant les Britanniques !

Prix moyen de près de 220.000 euros

En moyenne, les Belges ont déboursé 217.679 € pour leur appartement ou leur villa, comme le montrent les chiffres officiels publiés par Provia, l’association des promoteurs immobiliers de la province d’Alicante.

“Pendant les six premiers mois de 2021, 8.145 habitations ont été vendues à des étrangers, sur la Costa Blanca. La grande majorité d’entre eux (86 %) ont préféré acquérir un bien disponible à la revente plutôt qu’une construction neuve. En outre, nous constatons que les acheteurs optent, de plus en plus souvent, pour une maison plutôt qu’un appartement. Il s’agit d’une autre conséquence de la pandémie, car beaucoup de gens veulent bénéficier de plus d’espace, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur”, explique Provia.

Les Belges et leur gros portefeuille

Les Britanniques constituent le principal groupe d’acheteurs, avec 1.118 transactions. Ils sont suivis par les Belges, pour lesquels le compteur indique 887 transactions, après les six premiers mois de l’année. Les Suédois (763), les Allemands (639) et les Néerlandais (607) viennent compléter le top du classement. “Lorsque nous examinons la somme dépensée, les Belges figurent à la première place. Ils consacrent plus d’argent à leur seconde résidence, pour un total de 186 millions d’euros”, ajoute Provia.

Le prix d’achat moyen payé par les Belges atteint 217.776 €. La moyenne générale pour les acquisitions par des étrangers se situe un peu en dessous de 161.910 €. Ces montants s’expliquent par le fait que les Belges choisissent, plus fréquemment que les autres nationalités, une construction neuve qui est forcément plus onéreuse.