Inondations : bénévoles, prenez garde !

29/07/2021

Prêter main-forte aux personnes sinistrées par les récentes inondations est une excellente idée. Mais attention, prenez néanmoins les précautions qui s’imposent !

C’est un avertissement qu’a lancé Médecins sans frontières (MSF) sur les ondes de la RTBF il y a quelques jours. Après les fortes pluies et les inondations qui ont frappé le pays en ce mois de juillet, et alors que l’eau se retire progressivement, une série de risques menace tant les personnes sinistrées que les bénévoles qui se rendent sur place.

Attention aux blessures et odeurs d’hydrocarbures

MSF Belgique, par la voix de sa coordinatrice nationale, Marie Burton, avertit que suite à la décrue, les travaux de nettoyage et de rénovation peuvent entraîner certains risques, dont une exposition aux odeurs d’hydrocarbures, comme le mazout. De quoi provoquer des maux de tête, des nausées voire des vertiges. Des symptômes qui sont provisoires et qui ne présentent aucun risque à long terme.

Autre type de risque potentiel : les blessures telles que les plaies ouvertes et les contusions. Si vos vaccins ne sont pas à jour, ces plaies, susceptibles de s’infecter, peuvent déboucher sur des cas de tétanos.

Risques d’intoxication au monoxyde de carbone

À ne pas négliger non plus : les risques d’intoxication au monoxyde de carbone, provoquée par des groupes électrogènes ou des chauffages d’appoint qui sont utilisés dans des endroits qui sont mal ventilés. Alimentés en carburant, ceux-ci dégagent des gaz d’échappement qu’il convient d’évacuer le plus efficacement possible.

Ne négligez pas les maladies

MSF Belgique met également en garde les victimes comme les bénévoles quant aux risques de maladies. Celles-ci peuvent survenir à cause de l’eau souillée mais aussi de rats attirés par les déchets ou des denrées alimentaires laissées à l’air libre. Suite à un contact cutané ou par ingestion peuvent apparaître des dermites, des diarrhées ou encore des gastro-entérites.

Enfin, les moisissures qui se développent dans la foulée de la décrue peuvent entraîner différentes affections respiratoires comme la leptospirose.

Pour éviter que votre bonne action se transforme en cauchemar quelques jours plus tard, mieux vaut faire preuve de prudence, en portant notamment des gants, surtout lorsqu’on est amené à effectuer des tâches susceptibles de provoquer des lésions. En cas de plaie, peu importe où sur le corps, nettoyez-la, désinfectez-là et consultez un médecin dès que possible.