Mila : “Une table assez solide pour supporter mes fesses ?”

13/07/2021

J’ai revu Jérémy. Et oui, merci, j’ai su cette fois prendre une douche sans perdre un œil. Il a racheté une table à une ex (une enquête s’impose) qui changeait de vie et se débarrassait de ses meubles. Nous avons passé une soirée complète à la remonter.

Comment est-ce possible, me direz-vous ? 4 pieds et un plateau. A priori, pas trop moyen de monter une table à l’envers, je sais. Mais le fait est que, justement, celle-ci ne dispose pas de 4 pieds, mais d’un unique et imposant pied central. Pour fixer celui-ci, il fallait utiliser une clef allen. Simple comme bonjour encore me direz-vous. Sauf que l’espace dans lequel accéder pour tourner la clef allen était si exigu que Jérémy ne parvenait qu’à effectuer des quarts de tour. Et que ça lui a pris une plombe.

Calme et zen, le Jérémy !

Au début d’une histoire d’amour, on teste l’autre, souvent. On observe ses réactions, ses modes de fonctionnement. On note les plus et les moins en toute discrétion dans un coin de sa tête. Eh bien je vous le dis, il m’a impressionnée. Couché sur le sol, tout contorsionné, il a soupiré beaucoup, certes, mais il n’a pas même balancé un juron. Un bon point.

En revanche…

Moi, à l’inverse, je pense que je suis descendue dans son estime. Comme je ne sais jamais me taire, je lui ai causé pendant qu’il travaillait. Et je lui ai ainsi avoué que je n’avais jamais capté pourquoi on appelait ces petites clefs des « clefs à laine ». C’est vrai quoi. Quel rapport avec de la laine?

Il a tellement ri de sous la table que je m’en suis sentie gênée. « J’adore quand t’es conne ». Très sincèrement, je voudrais savoir qui, parmi vous, savait qu’on parlait d’une « clef allen » et pas d’une « clef à laine » ? Allez, levez la main plus haut. C’est bien ce qu’il me semblait. Désormais, je sais que cette clef doit donc son nom à son inventeur, Monsieur William Allen, qui déposa en 1909 un brevet de vis à tête hexagonale. Et que cette clef n’a en fait rien à voir avec les moutons, les pelotes et le tricot. Voilà voilà.

Faut que ça tienne : j’ai des projets !

Quand Jérémy en a eu fini avec ses tournicoti-tournicota, il a décidé de rajouter des vis en plus, pour être certain que la table soit bien solide. Je n’ai pu m’empêcher de penser qu’il avait peut-être de grands projets pour nous. Faire l’amour sur une table bancale, ça pouvait s’avérer mortel. Puis, imaginez la famille : « Comment sont-ils morts ? ». « Ecrasés nus sous une table à manger ». Non. Impossible.

Je l’ai donc regardé ajouter des vis par ci, par là. J’ai fini par me dire qu’il devait me trouver bien lourde pour en mettre autant. J’étais presque vexée quand l’impensable s’est produit. Une de ses vis a fini par transpercer le plateau de bois. Ce fut à mon tour de rire, tellement rire. « J’adore quand t’es con ».

Bref, si un jour je vous raconte que j’ai la fesse droite tout éraflée, vous saurez pourquoi…