Bruxelles : une solide hausse du prix de l’eau en vue ?

12/07/2021

15 %, c’est la hausse de prix envisagée par Vivaqua, qui produit et distribue l’eau courante à Bruxelles, dans sa nouvelle grille tarifaire. Les Bruxellois resteraient toutefois mieux lotis que les Flamands et les Wallons.

Mauvaise nouvelle pour les Bruxellois : tout porte à croire que le prix de l’eau va augmenter dès 2022. En effet, le conseil d’administration de l’intercommunale Vivaqua s’est prononcé dans le dossier portant sur les tarifs à appliquer en Région bruxelloise, couvrant la période 2022-2026. Une hausse de 15 % est envisagée pour les ménages ainsi que pour les usagers non domestiques. Ce point doit néanmoins encore être examiné par Brugel, le régulateur bruxellois. Ce dernier devra se prononcer avant la fin de l’année.

Des tarifs qui reflètent le “coût-vérité” de l’eau

Ce projet d’augmentation se justifie par le fait que le modèle économique de l’intercommunale bruxelloise n’est plus pérenne. En effet, les lourds investissements qui sont nécessaires pour réhabiliter les infrastructures vétustes ne sont actuellement pas couverts par les recettes de Vivaqua. Recettes qui proviennent principalement… de la facture d’eau des Bruxellois.

L’intercommunale assure néanmoins que le prix de l’eau à Bruxelles restera plus bas que dans les deux autres régions du pays et que les ménages bénéficiaires de l’intervention sociale paieront, de 2022 à 2026, un prix inférieur de 2 à 15 % au montant actuel indexé. Concrètement, pour un ménage de deux personnes avec une consommation de 70 m³/an, sa facture passera de 260 à 299 €/an. Par contre, un ménage bénéficiaire d’intervention majorée de deux personnes verra sa facture diminuer de 260 à 231 €.

Vivaqua rappelle aussi qu’entre 2014 et 2021, le prix de l’eau n’a progressé que de 3 % en Région bruxelloise, contre 16,5 % en moyenne en Flandre et en Wallonie. Or, les coûts pour mener à bien les missions de production et de distribution d’eau potable, eux, n’ont eu de cesse d’augmenter. De 100 à 110 millions € sont investis chaque année dans l’entretien et la rénovation de ses infrastructures, et en particulier dans le réseau d’égouttage.