Le montant mensuel auquel vous avez peut-être droit : 129,48 euros

26-11-20

La crise sanitaire a encouragé la possibilité de télétravailler à un point que l’on n’aurait pas cru possible il y a encore quelques mois. Mais travailler chez soi, cela entraîne une série de frais !

L’un des effets secondaires de la crise sanitaire que l’on traverse actuellement n’est autre que l’explosion du télétravail. Ce dernier, qui a déboulé sans crier gare, a notamment eu pour corollaire de revoir l’aménagement d’une pièce de la maison afin d’y installer un bureau, d’investir dans du matériel informatique ou encore de voir le montant des factures d’énergie s’envoler.

Vous travaillez les doigts gelés ?

On peut donc légitimement s’interroger sur les coûts supplémentaires engendrés par le télétravail. L’association Test-Achats s’est penchée sur la question et a calculé ce que le travail à domicile peut occasionner comme coûts supplémentaires en énergie. Sans surprise, le chauffage électrique a une incidence non négligeable sur les factures. En effet, si on est au bureau sans qu’il n’y ait personne à la maison, on a tous tendance à diminuer le thermostat de quelques degrés, ce qui est un geste sensé. Ce n’est bien entendu pas possible si vous êtes amené à travailler de chez vous avec un minimum de confort thermique.

Test-Achats constate qu’avec un chauffage central au mazout ou au gaz naturel, les frais supplémentaires se limiteront à quelques euros par mois. Par contre, si vous chauffez la pièce où vous travaillez avec un chauffage électrique, les coûts de chauffage supplémentaires peuvent s’élever à une douzaine d’euros par mois !

Le chauffage mais pas que !

D’autres postes sont également de gros consommateurs d’énergie. C’est notamment le cas des accessoires informatiques, comme un PC, un second voire un troisième écran ou encore une imprimante. Ici, Test-Achats a évalué le surplus à quelque 10 € par mois. Mais les suppléments en consommation ne s’arrêtent pas là.

En effet, à la maison, on prépare son propre café ou du thé à l’aide d’appareils électriques. Il est aussi fort probable que vous utilisiez plus de vaisselle que d’habitude, ce qui fera tourner plus régulièrement votre lave-vaisselle. En tenant compte de ces “extras”, mais aussi de la consommation d’eau supplémentaire des toilettes, Test-Achats évalue le supplément à 7 € par mois. L’occasion de vérifier si vous disposez toujours bel et bien du contrat d’énergie répondant le mieux à vos besoins !

Et si votre employeur vous indemnisait ?

Bon à savoir, en cette période de confinement, le gouvernement fédéral a prévu d’exonérer totalement d’impôts un montant de maximum 129,48 € par mois que peut verser votre employeur si vous travaillez à domicile pendant au moins 5 jours ouvrables par mois sur une base structurelle.

Test-Achats explique que cette indemnité et son montant (laissés à la libre appréciation de l’employeur), peut non seulement couvrir les dépenses supplémentaires pour l’énergie, mais aussi l’aménagement de l’espace de travail au domicile, l’achat éventuel de meubles, mais surtout la mise à disposition d’une partie de la maison avec tout ce qui peut y être lié.

Quid des impôts ?

Vous pouvez bénéficier de cette indemnité, sans devoir passer vos coûts supplémentaires pour le travail à domicile, en frais réels, dans votre déclaration d’impôts. Vous pouvez aussi toujours opter pour les frais professionnels forfaitaires avec pour avantage que vous ne devrez rien justifier en cas de contrôle.

Vous utilisez votre propre ordinateur et votre propre téléphone ?

Mieux : certaines interventions concernant des frais informatiques peuvent s’ajouter à ce montant exonéré. En effet, si en tant que salarié vous payez votre propre connexion internet et utilisez votre propre ordinateur pour le télétravail, vous pouvez bénéficier d’une indemnité de frais supplémentaires non imposable pouvant atteindre 20 € par mois pour chacun des deux ! Test-Achats a donc calculé qu’au total, l’indemnité exonérée que peut vous verser votre employeur peut s’élever à 169,48 € par mois. Mais ceci reste à la discrétion de l’employeur et ne peut lui être imposé !


Retour aux nouvelles