La tendance jardin : la « permaculture » ! C’est quoi ?

06-08-20

Très en vogue dans nos contrées depuis une bonne dizaine d’années, la permaculture est un mode d’agriculture qui privilégie une symbiose naturelle optimale entre les différents écosystèmes. Son inspiration vient de la nature même ainsi que de son fonctionnement, mais aussi de la tradition. On vous décortique le tout !

Made in Japan

À l’origine, le concept de permaculture s’est inspiré du modèle d’agriculture naturelle développé par le japonais Masanobu Fukuoka. Celui-ci a ensuite été théorisé dans les années 1970 par les chercheurs australiens Bill Mollison et David Holmgren.

De nos jours, la permaculture forme ceux qui le souhaitent à une éthique ainsi qu’à un ensemble de principes, l’objectif étant de permettre aux initiés de concevoir leur propre environnement et créer ainsi des milieux plus autonomes, plus durables et plus résilients. De quoi, in fine, atteindre une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution.

Trois principes

Traditionnellement, la permaculture repose sur trois principes éthiques :

  1. prendre soin de la terre,
  2. prendre soin de l’homme,
  3. partager équitablement les ressources.

Mais au-delà de ces fondamentaux éthiques, chaque permaculteur est libre de développer son propre système de principes, pourvu qu’il garde à l’esprit ces trois grands principes. Le permaculteur verra ainsi ses méthodes évoluer au fil du temps, en fonction de la progression de ses connaissances et de ses observations. Plus ces méthodes et principes font corps avec le permaculteur, plus ils deviennent de l’ordre du réflexe et rentrent ainsi progressivement dans la culture locale, tendant du coup vers une « culture permanente ».

En outre, qui dit observation dit une attention de tous les instants. Le permaculteur apprendra donc à libérer son regard, à observer son sol et à s’assurer que celui-ci respire convenablement. Au potager, la permaculture permet un jardinage durable qui permet d’éviter d’arroser, de labourer et de recourir à des engrais, mais aussi de récolter ses graines, d’amender le sol sans intrants ou encore de soigner les légumes avec des purins végétaux.

En créant un potager qui reproduit un écosystème en équilibre, où les légumes et les fruits se ressèment à leur gré, le tout en mode « bio » et toute l’année, le permaculteur atteindra une satisfaction pleine et entière, créatrice de liens forts entre l’homme et la nature.

Vous souhaitez faire évoluer votre potager vers la permaculture ? Ce ne sont pas les ouvrages qui manquent sur le sujet, ni les sites internet dédiés à cette nouvelle tendance !


Retour aux nouvelles