Mila: “Une table à la hauteur de mes attentes… mais pas de mes enfants!”

22-07-20

J’ai trouvé sur un site de seconde main la table de ma vie. J’ai toujours rêvé d’avoir chez moi une grande table de ferme. Vous savez, de celles qui rappellent les petits déjeuners pris en table d’hôtes et autour desquelles on est nombreux à pouvoir s’asseoir. La dame la vendait pour une bouchée de pain : j’ai sauté sur l’occasion et l’ai achetée tout de suite.

 

Je me suis arrangée avec un ami qui a une grande camionnette et on est partis la chercher, loin, à la campagne. Quand la dame a ouvert sa porte de garage et que je l’ai vue, j’étais trop contente. Elle était encore plus belle qu’en photos. Deux petits tiroirs sur un des côtés du meuble et une couleur miel d’une douceur folle. Les jambes en bois étaient sculptées : on aurait dit d’immenses pièces de jeux d’échec. Y avait bien l’une ou l’autre fissure à rafistoler, mas ça donnait du charme.

 

Cette table était faite pour chez nous : elle a instantanément donné du cachet à la salle à manger. J’étais trop contente. Une table, c’est un peu le cœur de la maison. On y partage les repas, on y travaille, on y joue entre amis et en famille. Alors, qu’elle soit si belle, ça me réjouissait ! On a remis les chaises en place : c’était parfait ! Enfin… jusqu’au repas.

 

Car quand est venue l’heure de s’attabler, on a tout de suite vu le souci. La table était si haute que nous avions l’air de Liliputiens, assis là. La tête des enfants dépassaient à peine du plateau de la table. On ne voyait pas même leurs épaules. Quant à moi, qui ne suis pas bien grande, je n’arrivais même pas à croiser les bras ou poser les coudes sur le bois. Passées les quelques secondes d’étonnement, on a bien ri. Quelle drôle de table j’avais achetée là ! Impossible de manger comme ça. Jamais je n’avais pensé à mesurer la hauteur des pieds.

 

Je me suis du coup demandé si cette table avait, jusque là, bien servi de table à manger. Peut-être avait-elle été utilisée comme établi ? Mystère. On a donc décidé de rapatrier les plats sur la table basse du salon et de manger là, assis par terre.

 

Moi, je suis maintenant à la recherche de coussins, épais, très épais, très très épais. Pour remonter l’assise d’au moins 10 cm. Le plus difficile sera de trouver des coussins qui ne s’aplatiront pas avec le temps, sous le poids de nos fesses. Galère. Vous me direz, pourquoi ne pas plutôt couper ou raboter les pieds de la table ? C’est que, avec mon bol habituel, on risque de ne jamais parvenir à les rétrécir tous les 4 à l’identique. Et à force de réduire la hauteur d’un pied, puis d’un autre, on a surtout de fortes chances de finir avec une table de ferme pour nains de jardin.

 La bonne nouvelle ? Les enfants ont adoré souper assis sur le tapis ! Alors, en attendant de trouver les coussins, on mangera là, assis autour de la table basse, à même le sol. Celui qui risque de galérer, c’est l’homme : avoir de grandes jambes, ce n’est pas toujours idéal pour tout !


Retour aux nouvelles