Mila : « Mes conseils pour choisir un entrepreneur… Pas une mince affaire ! »

Voilà plusieurs jours que je contacte des entrepreneurs. Objectif : ravalement de façade et terrassement. Faut dire, la façade arrière de la maison a bien besoin d’un lifting.

Si je me suis depuis très longtemps habituée à la peinture vert d’eau choisie par l’ancien proprio, j’ai du mal avec les multiples fissures et autres craquelures qui la balafrent de partout. L’homme a, le temps passant, aussi colmaté des trous, par ci par là, avec du ciment, ce qui a fini par lui donner une allure de repaire de brigands.

Koh-Lanta à la maison…

Quant à la terrasse, elle est d’origine et on va dire que ça se voit. 80 ans, ce n’est pas rien. Les dalles ont sauté par endroit et il est fréquent que je trébuche en rentrant des courses, les bras trop chargés que pour regarder où je mets les pieds. Certains endroits se sont même affaissés, créant des dénivellations dangereuses. Le petit chemin de pierre qui fait le tour de notre trois façades et qui mène de la terrasse à la rue est aujourd’hui une véritable épreuve de Koh-Lanta. A chaque pas, un danger guette.

Choisir un entrepreneur ?

Bref, c’est le défilé des entrepreneurs. Certains restent quatre minutes montre en main et ne cherchent même pas à comprendre ce qu’on veut. D’autres se la jouent mégalo et n’écoutent rien de ce qu’on leur demande. Ce n’est pas une sinécure. Il faut donc s’en remettre au feeling. Jusque-là, j’aurais pu craquer sur le sosie de Mat Pokora. Au poil près. Hallucinant. Le regarder repeindre la façade aurait pu être très sympathique ! Mais au final, je lui ai préféré un bonhomme plus âgé. Ecoute attentive, réflexion commune, inspection des lieux, idées amenées. Je me suis sentie rassurée. De quoi éliminer rapidos Mat Pokora.

A la rescousse de mon arbre !

Et puis, pour tout vous dire, c’est le seul qui a proposé une solution pour tenter de sauver mon arbre adoré, qui a poussé bien trop près de la maison et devrait être, en toute logique, enlevé pour pouvoir agrandir la terrasse. Le simple fait de me dire qu’il pouvait essayer de composer avec lui m’a conquise. J’ai tapé des deux mains. Un entrepreneur du parti des oiseaux, c’est un signe ! Et tant pis si vous me dites qu’il est sans doute juste malin et qu’il a compris que, pour rafler le contrat, il fallait me mettre dans sa poche.

Reste à payer tout ça…

J’attends les devis. Qui iront du simple au double, à n’en pas douter. Et qui, clairement, permettront d’orienter notre choix. Peut-être, sûrement même, qu’on ne saura pas payer la rénovation de la façade et la nouvelle terrasse en même temps. Il faudra sûrement décider de faire passer un projet avant l’autre. Mais peu importe. L’important, c’est de continuer à rêver à la suite !


Retour aux nouvelles