Mila : « En visitant une maison à vendre, je me transforme en contrôleur fiscal ! »

Ma sœur a repéré une maison à vendre tout près de chez moi. Du coup, elle m’a chargée de faire des repérages dans le quartier. J’ai toujours adoré passer du temps sur ImmoVlan, pour comparer les prix, visiter les lieux et me faire une idée du marché. Et soyons honnêtes, pour rêver aussi…

Avec l’homme, on promène beaucoup. Et nos balades sont toujours l’occasion d’admirer les bicoques devant lesquelles on passe, et de commenter l’endroit. On passe tout au crible. « Pente de garage trop forte, impossible de me garer là ». « Jardin trop visible, faudrait faire pousser des haies ». « Barrière à l’entrée trop dorée et bling-bling ». On scanne, on analyse, on juge. Chaque promenade est l’occasion de se choisir une maison qu’on préfère aux autres et d’imaginer notre déménagement imminent. Sans ce petit rituel, il manquerait de la magie à nos sorties.

Me voilà agent (moyennement) secret !

Bref, quand ma sœur m’a informée de son coup de cœur, je me suis sentie investie d’une mission. Trajet à pieds entre sa future maison et la mienne : 18 minutes. Trajet en vélo : 6 minutes. Idéal pour les baby-sittings à venir. J’ai arpenté sa rue dans tous les sens, observé les voisins, le flux des autos et des avions. Même si pour le moment, le résultat est faussé concernant le trafic aérien. J’ai attendu d’entendre les cloches de l’église d’à côté. Et j’ai même escaladé deux trois murets pour lui prendre des photos de l’arrière du jardin.

Me voilà comme Cheval

J’ai bien sûr visité le site qui permettait une visite à 360°. Je trouve ça trop gai de tout scanner. Ça me fait penser au film « Le dîner de cons », quand Cheval, le contrôleur fiscal scrute les murs et dit « y avait un tableau ici ! Y avait un tableau ! » Trop fort, Cheval ! Alors je scrute moi aussi. Et je liste les plus et les moins de la maison.

Une maison, c’est aussi une histoire…

Je reconnais, si je devais me reconvertir, je crois que je me plairais dans le costume d’agent immobilier. Aider les uns à trouver leur nid, les autres à le quitter pour s’envoler ailleurs. Repenser les lieux, se projeter dans des espaces. C’est un peu comme si on touchait du doigt d’autres vies parallèles, d’autres possibles. Seul souci : j’aurais chaque fois un peu le cœur de travers à l’idée de fermer le chapitre. Parce qu’une maison, c’est tellement plus que des briques. C’est un bout d’histoire, des bribes de vie et des souvenirs aussi !

Pour visiter virtuellement une maison en cozyvisit, cliquez ici


Retour aux nouvelles