Mila se déconfine : « Acheter un bureau d’occasion et revenir avec une charmante surprise… »

Deux mois que j’avais réservé ce bureau sur un site de revente. Deux mois qu’il attendait sagement qu’on puisse aller le chercher…

C’est que, ma fille devenant grande, il fallait changer la table de lilliputien qui lui servait de bureau depuis son plus jeune âge. Après des semaines de recherches et de trouvailles que ma princesse estimait trop ceci, ou pas assez cela, j’étais tombée sur le « bureau de son cœur ». Vendu.

Va-t-il rentrer dans le coffre ?

On est allés le chercher hier, armés de masques et d’outils. L’homme l’a démonté en trois tours de tournevis et a empilé les planches dans la voiture. J’ai retenu ma respiration. Pourvu que ça passe, pourvu que tout rentre dans l’auto ! Sourire crispé quand il a murmuré à mon égard que je lui avais vendu du rêve. Claquement de la porte du coffre. Ouf! C’était au millimètre près. Un signe de la vie. Sourire détendu. Ce bureau était fait pour nous.

Petite, tu deviendras grande… et vice-versa !

Ma blondinette sautillait sur place. Elle a aidé comme elle a pu. Tenu les planches que l’homme refixait une à une et désinfecté l’entièreté du meuble. Devant ce bureau remonté, elle me semblait tout à coup si petite à nouveau ! C’est qu’elle avait vu grand en choisissant celui-là plutôt qu’un autre. Tant mieux. Il allait lui servir pendant les quinze ans à venir.

Je l’ai imaginée ado, méga studieuse, la tête plongée dans ses bouquins, à potasser sa philo. Enfin, ne rêvons pas trop. Si ça tombe, ce bureau ne servira qu’à déposer les piles de linge à ranger et à grignoter des brownies tranquilou devant son futur ordi…

En attendant, elle a passé la soirée entière à tout mettre en place. A choisir méticuleusement où positionner chaque livre, chaque pot de crayons sur l’étagère qui prolonge la table de travail. Trop gai. Elle a même accroché une guirlande de boules lumineuses sur le pourtour. Girly à souhait.

Fiona et Kevin, un amour qui résiste au déo…

Seul bémol : on n’a pas encore réussi à récupérer le tableau blanc qui fait partie du meuble. Pour le moment, on y distingue encore un cœur transpercé d’une flèche avec le mot suivant : « Fiona love Kevin ». L’homme nous avait envoyés chercher du déo en spray pour effacer à jamais toute trace de cet amour. Mais vu qu’on met du déo sans alcool, ça a surtout parfumé la pièce.

J’ai quand même lu sur internet qu’il avait raison : il faut frotter la surface avec un chiffon imbibé d’alcool à 90°. Mais ce sera pour demain. En attendant, Fiona et Kevin pourront s’aimer une nuit encore.


Retour aux nouvelles