Déconfinement : Votre entreprise va devoir réaménager vos bureaux ! La fin de l’open-space?

La crise du COVID-19 a chamboulé nombre de nos repères, tant d’un point de vue personnel que professionnel. A ce dernier titre, votre employeur va sans doute revoir sa politique en manière d’aménagement des bureaux !

On imagine en effet difficilement, des bureaux où les employés sont entassés les uns à côté des autres. Il y a tout d’abord les mesures strictes en matière de distanciation sociale et d’hygiène que les employeurs sont tenus de respecter : 1,5 mètre minimum entre les employés, télétravail imposé là où c’est possible, distribution de masques, mise à disposition de gel… Les endroits de passage, comme les ascenseurs, les cafétérias et autres couloirs sont également soumis à des règles strictes. Toutes ces règles ne vont sans doute pas disparaître rapidement et vont donc, durablement bouleverser les habitudes des entreprises en matière d’aménagement des bureaux.

Plus de télétravail et des « zones de silence »

Dans une interview dans Le Figaro, Rémi Calvayrac, head of workplace & design chez JLL, précise que « le confinement a mis en exergue le fait que certains salariés ne parvenaient pas à se concentrer au bureau ». Le télétravail devrait donc être une nouvelle norme sur le long terme, mais ce dernier, en dépit de tous les avantages qu’il permet, notamment d’un point de vue hygiène et environnement, a également ses limites. Réunis entre eux, les collaborateurs peuvent stimuler leurs idées, développer des concepts difficiles à imaginer lorsque l’on est seul derrière son écran. Il y a donc fort à parier qu’un nouvel équilibre s’installe, avec un nouvel équilibre de jours de télétravail et de travail au bureau. 

Ceci sous-entend évidemment un réaménagement des locaux. Davantage de « bulles de silence » verront le jour, soit des zones de concentration. On peut également imaginer une rotation entre les employés qui télétravaillent et les autres pour une meilleure exploitation de l’espace et un nombre maximal de personnes présentes par plateau, voire par salle de réunion, le tout éventuellement contrôlé par capteur. Les bâtiments devront donc également être repensés. Car la crise que nous connaissons aujourd’hui, ne restera peut-être pas unique et qu’il vaut donc mieux apprendre aujourd’hui pour mieux préparer demain…


Retour aux nouvelles