Coronavirus : Le prix de l’immobilier pourrait ne pas souffrir

Brutale et dévastatrice : la pandémie de COVID-19 aura un impact sans précédent sur l’économie mondiale. Le prix de la brique va-t-il en souffrir ? Pas forcément…

C’est le site américain Curbed qui l’annonce, en évoquant une étude menée par Zillow, une immense plateforme d’annonces immobilières américaine. En effet, l’étude s’est penchée sur les conséquences de la grippe espagnole de 1919 et du SRAS en 2003. Dans les deux cas, les effets sur le PIB furent terribles, mais le retour à la normale fût tout aussi rapide.

L’étude cite ainsi le cas d’Hong-Kong qui, en 2003, lorsqu’elle est fût fouettée par l’épidémie de SRAS, a vu le volume de transactions immobilières baisser de 33 à 72 %. Toutefois, à la fin de l’épidémie, tant le nombre de transactions que les prix sont revenus à leurs niveaux habituels. En Chine, alors que l’économie se réveille petit-à-petit, la tendance semble identique : quasiment aucune vente, mais des prix stables…

Toutefois, notez bien que cette crise sanitaire touche ici un niveau mondial, ce qui est une première. Ce virus va-t-il bouleverser notre économie et nos valeurs refuges ? Bien malin celui qui pourra répondre…


Retour aux nouvelles