Le clin d’œil de Mila : « Pourquoi ma boîte aux lettres est sans doute la meilleure ! »

Il y a pas mal de choses que je voudrais repenser dans ma maison. Et pourtant, il en est une que je ne voudrais surtout pas changer : c’est ma boîte aux lettres. Parce que je la trouve ultra pratique, intégrée à la porte d’entrée. Coté pile : un joli clapet argenté qui fait comme un sourire dans le bleu marine de la porte. Côté face : un caisson blanc et discret accroché au pvc. Vous visualisez ?

L’autre matin, je regardais tomber la pluie depuis la fenêtre du salon lorsque j’ai assisté à un charmant spectacle. J’ai ainsi vu le voisin d’en face, braver la météo, et courir jusqu’à sa boîte aux lettres. Les mains agrippées aux pans de son peignoir pour éviter que le vent ne lui chatouille l’entrejambe, il trottait le plus vite possible sur les dalles détrempées. J’imagine que, dans ses clapettes ouvertes, ses chaussettes de tennis remontées à mi-mollets ont dû prendre l’eau.

Un spectacle réjouissant. Merci Albert !

A cet instant, dans un souci de pudeur évident, j’aurais dû m’en aller déposer ma tasse de café vide dans l’évier. Mais mes yeux sont restés rivés sur Albert. Je l’ai donc observé claudiquer jusqu’à sa boîte, le nez retroussé pour espérer éviter les gouttes. Je l’ai vu pester sur l’ouverture visiblement grippée de la boîte, la vider de son contenu, laisser tomber une enveloppe à terre, la ramasser en jurant et s’en retourner à sa maison, le courrier mouillé serré contre lui. Une minute 16 secondes de joyeuse animation.

Ma boîte aux lettres garantit ma pudeur

Quelle satisfaction de n’avoir pas eu, à l’époque, d’autre choix que de placer une boîte aux lettres intérieure ! Pour deux raisons logiques. Jamais, de ma vie, mes voisins n’auront l’occasion de ricaner en me voyant relever le courrier, attifée comme un épouvantail ou à moitié nue. Et jamais, je n’aurai à piquer un sprint sous le vent ou à choper un rhume pour aller chercher le courrier. A midi, à minuit, en négligé de soie ou en vieux jogging troué, je n’ai qu’à tourner la petite clef argentée du caisson et, hop, le courrier tombe à mes pieds.

Elle n’est pas belle la vie ? Jubilation.

Après, j’avoue, les boîtes aux lettres de certains de mes voisins sont beaucoup plus classes que la mienne. Sur socle, en pierre bleue ou granit noir, elles sont imposantes et prestigieuses. D’ailleurs, peut-être que le choix de celles-ci en dit long sur qui nous sommes ? Pauvre Albert. En ce qui le concerne, en tous cas, je n’ai plus trop d’illusion.

Une boîte aux lettres « pimpée » ?

Moi, si j’avais malgré tout une boîte extérieure, je la personnaliserais. Il y en a pas mal, dans le quartier, qui ont été peintes de différents motifs. J’aime leurs couleurs vives et leur côté joyeusement décalé. Comme un pied de nez aux factures déprimantes qui y atterriront. Certaines sont recouvertes de fleurs et de feuillages, d’autres illustrent un chat en train de dormir ou représentent des maisons miniatures. Mais ma préférée imite une volière et est toute décorée d’oiseaux jaunes et bleus.

Allez, le facteur va bientôt passer. Je penserai à vous en ouvrant ma boîte. Mais là, il est temps pour moi de la fermer !


Retour aux nouvelles