Chaque jour en Belgique, 23 bâtiments anciens sont rasés pour une bonne raison…

08-11-19 - Immovlan.be

Le nombre de projets de reconversion en Belgique atteint des sommets en raison des problèmes de mobilité et du climat…

Ces derniers temps, on délaisse en un temps record son ancien patrimoine. L’année dernière, le secteur belge de la construction et de l’immobilier a démoli pas moins de 8.278 bâtiments qui avaient plus de 20 ans d’âge, cela fait une moyenne de 160 par semaine. C’est ce qui ressort d’une analyse d’ERA, un des plus grands réseaux immobilier résidentiel de Belgique.

Projets de reconversion

On remarque que, dans la grande majorité des cas, il s’agit de projets de reconversion. « Dans 95 % des cas, une démolition aura lieu pour mettre un nouveau projet de construction à la place. Un hôpital vacant fera place à un nouvel immeuble de bureaux ou une ancienne usine sera remplacée par un nouveau quartier résidentiel. De tels projets de reconversion sont de plus en plus courants – et c’est une très bonne chose pour le climat et pour la mobilité. » explique Johan Krijgsman, PDG d’ERA Belgium

Reconversion : 7 projets sur 10 chez ERA

La reconversion en soi n’est pas nouvelle : les chiffres de “perspective.bruxelles”, le centre de recherche de la région bruxelloise, démontrent par exemple qu’entre 1997 et 2017, quelque 1.333.000 mètres carrés de bureaux dans la Région de Bruxelles-Capitale avaient déjà reçu une nouvelle fonction. Mais la vitesse à laquelle le parc immobilier est réaménagé n’a jamais été aussi rapide qu’aujourd’hui. Selon ERA, cette accélération a été réalisée parce que les besoins sont importants : nous avons de moins en moins d’espaces ouverts dans notre pays, un problème auquel la Flandre en particulier doit faire face.


Retour aux nouvelles