Le clin d’œil de Mila : « Les tapis ? Voilà pourquoi j’en mets quasi partout ! »

10-10-19 - Immovlan.be

Le matin, surtout maintenant qu’il fait frisquet, j’essaye de me hâter et de rester le moins longtemps possible sur le parquet froid. Je ne marche pas ; je vole. Et je tente d’atterrir à chaque pas sur un des nombreux tapis qui ornent les pièces de la maison. Jeu de marelle matinal.

Déraper et me casser une jambe au saut du lit ? Impossible ! Aucune prise de risque, rassurez-vous. Je ne sautille pas sur de micro carpettes qui glissent dès qu’on met le pied dessus. Je sautille sur de vrais tapis, lourds, antidérapants. Vous savez, les fameux tapis shaggy aux poils longs et extrêmement doux.

C’est comique : en vous écrivant, je me rends compte qu’en matière de tapis, j’ai les mêmes goûts qu’en ce qui concerne les hommes. Il me faut du poil long, mais soigné. De l’épais, mais du raffiné. De la douceur, mais de la fermeté aussi. Savoir ce qu’on veut et ce qu’on ne veut pas !

Et moi, je veux du tapis molletonné ! Comprenez, ce n’est pas juste pour faire joli et habiller les pièces. Pour moi, un tapis, c’est aussi quelques m2 de temps partagé. Dans la chambre de l’un, on s’y installe pour discuter de la journée écoulée, les torsades de poils tournicotées entre les doigts. Dans la chambre de l’autre, on s’y couche à plat ventre, pour réciter les leçons, les coudes enfoncés dans le moelleux revêtement. Au salon, on y mange parfois comme des p’tits japonais, assis en tailleur autour de la table basse. Ici, quand on est tapis, on a une vie bien remplie !

Après, je vous le concède : un tapis, ça se salit vite. A l’étage, c’est gérable : on y marche en chaussettes. Mais dans la salle à manger, c’est plus compliqué. Dans les longs, très longs poils du tapis, on trouve chaque semaine des choses un peu folles. Des miettes de biscuits, des mines de crayons de couleurs, de minuscules cailloux, des perles d’un bricolage lointain. On trouve de tout. Le pire du pire que j’ai trouvé ? Une queue de souris, de la même couleur que le tapis, planquée là par Monsieur Chat. Frissons. Mais que voulez-vous. Lui aussi aime qu’on lui déroule le tapis… même gris!


Retour aux nouvelles