Les prêts immobiliers bientôt plus difficiles à obtenir ?

A en croire l’Europe, il faudrait prendre des mesures pour rendre l’obtention des prêts plus contraignante pour les emprunteurs belges…

Le Comité européen du risque systémique (ESRB) pointe à nouveau, dans un récent rapport, des “vulnérabilités à moyen terme” au niveau du marché immobilier résidentiel en Belgique. L’institution avait déjà relevé en 2016 des “vulnérabilités” comme la croissance rapide des prix immobiliers et des crédits hypothécaires en Belgique ainsi que le niveau d’endettement, lui aussi en croissance, des ménages belges.

En effet, l’ESRB avait constaté qu’une part de plus en plus importante de personnes ayant souscrit à un crédit hypothécaire, étaient potentiellement vulnérables à une détérioration de la conjoncture économique ou du marché immobilier résidentiel. En réponse à ces constats, la Banque nationale de Belgique (BNB) a pris des mesures visant à renforcer les fonds propres des banques.

Les ménages s’endettent toujours plus !

Une évaluation récente de l’ESRB a mis en évidence une poursuite, depuis 2016, de la forte croissance des crédits hypothécaires, laquelle a continué à faire gonfler l’endettement des ménages. S’il continue à s’inquiéter d’une “surévaluation potentielle” des prix, l’ESRB se tracasse surtout du fait qu’une “part significative” des prêts hypothécaires continue à être accordée à des ménages potentiellement vulnérables à une détérioration des conditions économiques ou financières ou à un retournement du marché immobilier.

Dès 2020 ?

En clair, il faudrait aller plus loin, avec des mesures juridiquement contraignantes, vis-à-vis des emprunteurs. Dans un contexte de concurrence féroce, les banques ont tendance à accorder des crédits hypothécaires un peu trop facilement aux yeux des régulateurs, notamment en prêtant des sommes d’argent trop importantes par rapport à la valeur du bien immobilier.

La BNB mène actuellement des consultations avec les banques et entreprises d’assurances belges et devrait annoncer, au plus tard fin octobre, de nouvelles mesures proportionnées et “intelligentes”, applicables à partir de 2020, en réponse à la recommandation de l’ESRB.


Retour aux nouvelles