Immobilier : Les prix grimpent et ça ne va pas s’arrêter !

En Belgique, le prix moyen d’une maison est de 260.000 €, soit 30.000 € de plus qu’il y a cinq ans. Cette évolution n’est pas brutale mais continue : depuis 2000, les prix des maisons ont doublé ! Le journal Le Soir a mené l’enquête

visit.brussels – Jean-Paul Remy

Depuis une vingtaine d’années, les prix de l’immobilier connaissent une hausse relativement homogène à travers toute la zone euro. Mais alors que la plupart des pays ont connu des tassements, suivis de forts hausses, le marché belge continue de croître progressivement sans jamais vraiment s’arrêter. Même après la crise de 2008, qui a valu un très net ralentissement sur les autres marchés européens, la Belgique a à peine frémis.

Pourquoi ?

Les experts consultés par les journalistes du journal Le Soir ont évoqué trois raisons : d’abord l’austérité qui est restée plus limitée en Belgique qu’ailleurs, ensuite un marché détenu à 70% par des propriétaires qui achètent pour vivre et non pour spéculer et enfin, des taux d’intérêts très attractifs. Ce dernier point, certes, n’est pas spécifique à notre Royaume.

Qu’est-ce qui pourrait limiter la hausse des prix ?

L’économiste d’ING Philippe Ledent voit deux freins possibles : une hausse des taux d’intérêt et une fiscalité plus pénalisante pour les biens immobiliers. Ces deux facteurs étant relativement peu probables, il y a fort à parier que les prix continuent d’augmenter : « Pour les deux prochaines années, nous prévoyons une hausse des prix immobiliers de 3 % l’an », explique l’économiste d’ING.

Les taux d’intérêt sur les comptes d’épargne étant quasi nuls et les Belges étant généralement riches, il y a fort à parier que nos compatriotes décident de remuer dans leurs provisions pour investir encore et toujours dans la valeur sûre : l’immobilier.

Lire plus


Retour aux nouvelles