Cette maison sociale détruit la santé des locataires !

Des murs noirs de moisissure, des gouttes qui tombent du plafond, des flaques qui se forment dans la salle de bain… Une situation assez effrayante pour Christine qui voit la santé de son mari et de ses enfants se dégrader, comme le constate Sudpresse.

sudpresse

Christine et sa famille habite en région de Charleroi, dans un logement de la Sambrienne, à Marchienne-au-Pont. La maison, pimpante à leur arrivée, s’est très rapidement dégradée. Après avoir effectué quelques travaux à leurs frais pour que les parents puissent y accéder en chaise roulante, est arrivée l’automne, l’hiver, et les journées froides qui vont avec. La maison s’est alors rapidement détériorée ! « C’est un vice caché », annonce Adrien, le fils de Chistine. Celle-ci, les larmes aux yeux, déclare à Sudpresse : « ça empire de jour en jour, c’est une catastrophe ».

sudpresse

Les taches de moisissures, des meubles qui gondolent, des gouttent qui tombent sur les enfants la nuit… Les filles de 13 et 16 ans souffrent de cette situation, notamment la plus âgée qui fait maintenant des crises d’asthme. Le père, pour sa part, est alité et sa guérison est largement compromise par l’humidité ambiante. Depuis 2017, la famille essaye de faire bouger les choses, en appelant les médias et en allant même jusqu’au tribunal. Un expert de la Sambrienne est passé et les a accusés de ne pas assez aérer…

sudpresse

Contacté par Sudpresse, Hicham Imane, le président de la Sambrienne, avoue savoir « que des maisons sont réellement humides ». Un déménagement est possible si les locataires ne sont pas en cause, mais il pointe une autre problématique : « Le patrimoine est vieillissant, mais nous n’avons malheureusement pas les moyens. »


Retour aux nouvelles