Une chaudière à condensation, en vaut-elle la peine ?

13/12/2018

Vous devez installer une nouvelle chaudière ou changer votre « relique » et tout le monde vous conseille d’opter pour une chaudière à condensation. D’accord. Mais qu’est-ce que l’on entend, après tout, par « chaudière à condensation » ?

Après avoir étudié les différentes solutions possibles pour chauffer votre habitation, vous envisagez de vous orienter vers une chaudière au gaz naturel ou au mazout « à condensation ». Mais concrètement que signifie cette appellation ?

Meilleur rendement

Le principe de base de ce type de chaudière est de récupérer davantage d’énergie qu’avec une chaudière classique. Cela lui permet d’afficher un meilleur rendement et, par conséquence, de permettre des économies d’énergie. Comment ? En récupérant, justement, l’énergie contenue sous forme de chaleur dans les fumées de combustion.

Echange de chaleur

Sur une chaudière classique, la chaleur des fumées de combustion n’est pas récupérée et s’envole dans l’atmosphère. Avec une chaudière à condensation, cette chaleur n’est pas perdue mais est récupérée via un système d’échangeur. Le principe est simple : le circuit de chauffage, après avoir réchauffé la maison, revient au contact des fumées de combustion via un échangeur. Cet échange permet de réchauffer l’eau du circuit de chauffage via la condensation de la vapeur d’eau contenue dans les fumées de combustion. La condensation étant une réaction exothermique, elle libère en effet de la chaleur qui permet de réchauffer l’eau du circuit de chauffage.

Fonctionnement optimal en basse température

En pratique, notez qu’une chaudière à condensation fonctionne de manière optimale avec une installation de chauffage fonctionnant avec des basses températures. Avec un système de chauffage par le sol par exemple. Car plus la température de retour du circuit de chauffage est basse, plus la fumée condensera efficacement.

Condensats à évacuer

Notez, enfin, que si vous installez une chaudière à condensation, il faudra alors évacuer ses condensats. C’est le terme utilisé pour l’eau qui a condensé via l’échange de chaleur et qui s’écoule alors « hors de la chaudière ». Prévoyez donc un raccordement pour évacuer cette eau vers le système d’égouttage. A titre d’information, une chaudière gaz à condensation classique pour une habitation moyenne produit environ 14l de condensat par heure. En fonction de la cheminée dont vous disposez, il faudra aussi éventuellement prévoir de la tuber. Car la fumée de combustion, refroidie, d’une chaudière à condensation est saturée en vapeur d’eau et humidifiera de manière importante les parois de la cheminée. Ce qui n’est pas compatible avec une cheminée en maçonnerie traditionnelle.

François Piette