A cause des voisins, elle est « prisonnière » de sa maison

Cela fait 3 ans que Sandra vit un cauchemar au sein de sa propre maison. La maison voisine, insalubre, a fait des dégâts sur sa propre habitation. Et ce n’est pas tout, comme le relate Sudpresse

E. Germani – Sudpresse

Sandra Van Campenhout habite à Anderlecht dans une maison mitoyenne. Et le moins que l’on puisse dire, est que son quotidien n’est pas évident. A côté de sa maison, se trouve une habitation déclarée comme insalubre par la commune. En effet, le sous-sol et le rez-de-chaussée sont affectés par des infiltrations d’eau sérieuses qui ont été jusqu’à faire des dégâts sur le mur mitoyen, comme l’explique Sandra : « En 2015, j’ai voulu vendre ma maison. C’est là que nous avons découvert que tout le mur mitoyen était plein d’eau ». Elle s’est alors adressée au propriétaire « qui a refusé toute coopération ». S’en est suivi une procédure judiciaire, toujours en cours.

E. Germani – Sudpresse

En dépit des promesses faites par le propriétaire de cet immeuble au bourgmestre, les travaux n’ont jamais été faits et la maison est toujours insalubre. De plus, les deux étages en question sont loués à des familles syriennes. Et le bien n’est manifestement, « pas acoustiquement adapté pour loger autant de personnes ». Le bruit et l’humidité : Sandra n’en peut plus et a même « été diagnostiquée en burn-out à cause de [ses] circonstances d’habitation ».

E. Germani – Sudpresse

Du côté de la commune, on comprend le désarroi de Sandra. Le bourgmestre, Eric Thomas (PS) a interdit l’occupation du bâtiment voisin, mais rien n’y fait : le bien est toujours occupé. Le service d’hygiène et la police ont à nouveau été envoyés sur place. Bientôt la fin du calvaire pour Sandra, qui ne peut ni louer, ni vendre sa maison pour le moment ?


Retour aux nouvelles