3 mythes sur les poêles à pellets

Avec l’hiver qui arrive doucement mais sûrement à nos portes, vous cherchez peut-être à optimiser votre consommation d’énergie.

Matagne Hody

Parmi les multiples solutions qui s’offrent à vous, le poêle à pellets n’est certainement pas à négliger. Voici 3 mythes qui mènent encore la vie dure aux poêles à pellets !

1. Les poêles à pellets ne sont pas écologiques

Faux. Composant naturel, le bois contient évidemment peu de polluants. De plus, pour de nombreux pellets, l’émission de dioxyde de carbone lors de la combustion du pellet est contrebalancée par la plantation de jeunes pousses. Sachez également que le rendement énergétique du pellet est excellent et que dans de nombreux cas, le pellet est fabriqué à partir de bois recyclé. Que demander de plus ?

2. L’entretien est pénible

A moitié faux. Certes, en comparaison avec une chaudière à mazout par exemple, le poêle à pellet demande un entretien plus contraignant. Toutefois, sachez que ce dernier est loin d’être aussi pénible qu’on ne le dit. Son entretien se limite en effet à une révision annuelle (pour un coût d’environ 150 €) et à un décrassage très régulier. Ce dernier consiste à nettoyer la vitre et à aspirer régulièrement les cendres (de tous les jours à toutes les semaines, selon le modèle). Cela peut paraître insurmontable à première vue, mais cette maintenance ne vous demandera pas plus d’une toute petite poignée de minutes ! Il s’agit donc de relativiser…

3. Ils n’offrent aucun avantage par rapport aux poêles à bois

Faux. Certes, ils sont plus chers et n’offrent pas tout à fait l’ambiance d’un poêle à bois, mais pour le reste, ils sont bien plus faciles à utiliser. Certains offrent même la possibilité d’une programmation ! Pour plus d’info au sujet des avantages des poêles à pellets par rapport aux poêles à bois, cliquez ici.


Retour aux nouvelles