Cette tour belge n’est pas ce que vous imaginez…

On pourrait la croire tirée du Moyen-Âge et pourtant, cette tour est assez contemporaine. A vrai dire, du haut de son sommet, ce ne sont pas quelques centaines d’années qui vous contemplent, mais quelques dizaines seulement.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par tourebenezer (@tourebenezer) le

En effet, elle a été érigée dans les années 1960, au milieu d’un site isolé dominant la vallée du Geer, en gros moellons de silex provenant de la carrière toute proche. En raison de son architecture qualifiée de “naïve” ou de “spontanée”, la tour d’Eben-Ezer de Bassenge bénéficie d’une certaine renommée au-delà des frontières belges.

« Trente ans ont été nécessaires au tailleur de pierre Robert Garcet pour terminer cet édifice achevé en 1965. L’ouvrage de plan carré, haut de près de trente mètres, s’élève sur six niveaux » souligne le cabinet du ministre Collin qui désire aujourd’hui la classer. La tour a, en outre, la particularité de compter au sommet de ses tourelles, de 4 sculptures géantes d’animaux volants représentant les chérubins de l’Apocalypse (le sphinx, le taureau, l’aigle et le lion).

A l’intérieur, une exposition retrace l’histoire de la construction de la tour et de l’action pacifiste de Robert Garcet. Un espace didactique interactif permet de découvrir les silex à leur formation et leurs utilisations au cours de l’histoire de l’humanité ainsi que les fossiles, la faune, la flore…


Retour aux nouvelles