Un vestige nazi transformé en complexe balnéaire de luxe

Sur une île allemande de la Baltique, un des plus imposants vestiges architecturaux des Nazis se mue en complexe touristique et des citadins aisés viennent maintenant passer leurs vacances là où Adolf Hitler voulait faire endoctriner les masses populaires.

Le long de la Mer Baltique, une seconde vie, de luxe, attend ce vestige de l’époque nazie © afp

 

Situé en bordure d’une des plus belles plages du pays sur l’île de Rügen, le complexe de Prora renaît à la vie, avec l’arrivée cet été des premiers occupants de nouveaux appartements de luxe, là où pendant des années se sont dressées les ruines fantomatiques du colosse de béton gris.
 
Prora, dont la construction a commencé en 1936, était conçu pour abriter jusqu’à 20.000 vacanciers dans le cadre du programme "La Force par la joie" du parti nazi, également à l’origine de la Coccinelle de Volkswagen – la "voiture du peuple".
 
Au menu à Prora: bains de mer, gymnastique et endoctrinement pour la classe ouvrière aryenne méritante. Le tout dans un bâtiment de 4,5 kilomètres de long, huit blocs strictement identiques de six étages face à la mer. Mais le projet a calé au début de la guerre en 1939.
 
Le squelette de béton a ensuite servi de baraquements à l’armée de la RDA communiste.
 
Après la chute du Mur en 1989, la ruine a été laissée à l’abandon, seules quelques portions étant utilisées, par deux musées et, depuis 2011, par une auberge de jeunesse.
 
Le site "symbolise à la fois l’époque nazie et l’ère communiste, on peut y voir comment fonctionnaient les deux systèmes", explique Susanna Misgajski, directrice de l’un des musées. "Jeunes appelés, prisonniers de guerre, travailleurs forcés, réfugiés… tous sont passés par ici à un moment ou un autre", rappelle-t-elle. Lire plus…
 

Retour aux nouvelles